Le monde est lait.

Le matin, je me surprends à m’émerveiller sur le lever du soleil ou la journée nouvelle qui s’offre à moi. Une minute trente plus tard, j’ai envie d’éventrer chaque être humain jamais conçu et de maudire leurs générations futures. La raison?

La pinte de lait.

Cet aliment est mon nemesis. Le lait : source #1 de calcium et de rage haineuse.  Voyez-vous, ma famille achète son lait en sacs plutôt qu’en carton. Donc, il faut couper le petit coin avant utilisation. Par contre, lorsqu’un membre de la famille constate que la « poche » est vide et change le sac, il/elle ne prend pas la peine de couper le satané coin, laissant la tâche au prochain assoiffé. Qui est souvent moi. Toujours moi. A jamais moi.

Rien n’est comparable au sentiment de verser le pichet de lait et de ne rien voir s’égoutter. La comparaison la plus près, selon moi, serait celle d’avoir été témoin de l’explosion de la navette Challenger le 28 janvier 1986.  Hum, non, ce n’est pas assez… Avoir été dedans la navette Challenger le 28 janvier 1986 !  Oui, voila la seule comparaison envisageable.

Ça, ou l’Holocaust.

2 Réponses vers “Le monde est lait.”

  1. Est-ce que c’est aussi fachant que de réaliser que y’a pu de lait?
    Ou quand t’arrives pour mettre du beurre de peanut sur tes toasts déjà grillées et que tu ouvres le pot et que y’en reste à peine pour beurrer le coin de ta toast?
    Moi, je trouve que oui.

  2. […] déjeuner le matin (jumelé avec la peur d’avoir à couper le bout de la poche de lait, voir Le monde est lait) me rend plus […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s