Bipolar: Das Blog

Dans ce billet linguistique, à l’image de mon comparse l’arrache-coeur qui critique gentiment la langue de Molière, je vous propose quelques observations découlant de mon récent apprentissage d’un idiome fascinant: l’allemand.  Effectivement, en plus de me permettre de mieux comprendre certaines scènes dans Inglourious Basterds et de jouer à l’intello devant mes amis, la langue de Freud me donne aussi la possibilité de relever certaines absurdités/cocasseries/bizarreries/drôleries/(autre synonyme dont vous êtes le héros) en relation avec l’allemand.  Les voici.

D’abord, j’ai été absolument choqué de constater qu’en allemand, on ne retrouve pas seulement deux genres comme en français – masculin et féminin -, mais aussi un troisième: le neutre.  Euh, pourquoi?  Eh bien, à première vue, cette décision des architectes linguistiques peut sembler ridicule et superflue, mais elle explique parfaitement l’existence d’un artiste germanique contemporain: Bill Kaulitz, le chanteur émo-pop de la formation Tokyo Hotel.

Effectivement, cet être, qui ne peut être caractérisé uniquement par la masculinité ou la féminité, justifie le genre « neutre » à la perfection.  Il s’agit plutôt d’un hybride à mi-chemin entre Marie-Carmen et un top-modèle Calvin Klein.  Puisque les experts ne peuvent se prononcer sur un sexe définitif, M. Kaulitz est donc neutre.  Il semblerait que les premiers sages ayant construit l’allemand avaient un accès privilégié au futur et savaient que l’ambiguité sexuelle serait à la mode au 21e siècle.

***

En second lieu, pendant le Temps des Fêtes, je réécoutais les classiques Die Hard et Die Hard: With a Vengeance et je me suis rendu compte que les acteurs interprétant les terroristes allemands disent absolument n’importe quoi la plupart du temps.  Alors, cela donne lieu à des lignes de dialogue complètement déjantées comme celles-ci:

« Die Kartoffel ist sehr gut » (La patate est très bonne), alors que le sous-titre indique plutôt: « Où sont les détonateurs?« 

ou

« Mein Külhsrank funktioniert nicht! » (Mon réfrigérateur ne fonctionne pas!), alors que le sous-titre dit: « Tirez les otages! »

Franchement, je suis d’avis que les scénaristes auraient pu engager un spécialiste des langues qui aurait rectifié la situation.  Au pire, Bruce Willis est né en Allemagne de l’Ouest, il aurait pu aider.

***

Finalement, en dégustant un divin Kinder Surprise afin de compléter ma collection de petits jouets inutiles, ma fibre allemande m’a permis de décoder un des plus grands scandales du monde chocolatier.  « Kinder » signifie « enfants » en français, ce qui confirme ma théorie que ces coquets délices chocolatés fourrés d’une « gugusse » sont bel et bien confectionnés par des esclaves mineurs dans une usine clandestine de la compagnie Ferrero (responsables des Rochers).  Pour quelle autre raison est-ce qu’on inclurait le mot « enfant » dans le nom de la friandise?  AUCUNE.  J’en appelle donc à un boycott à vie de Kinder Surprise, qui supporte impunément le travail des enfants à travers le monde pour le bénéfice de gourmants avares de chocolat et de jouet.

Danke schön.

2 Réponses vers “Bipolar: Das Blog”

  1. Ça existait le genre neutre en français, mais ça a disparu il y a belle lurette (un peu comme l’expression belle lurette).

  2. @arrachecoeur:

    Fait pas ton smatte le linguiste.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :