Misterlove: La Genèse, Part Deux.

À la demande générale (2 personnes), voici quelques dessins supplémentaires sortant tout droit non pas de la voute Disney, mais de mes cahiers de maternelle.  Cette fois-ci, l’objectif n’est pas de montrer l’origine de mon surnom, mais plutôt d’illustrer à quel point j’avais une imagination tordue, ce qui explique en partie pourquoi je suis borderline fou aujourd’hui (ça et ma consommation excessive d’alcool et de Pine Sol).  Sans plus de flafla, voici le résultat de mon génie créatif infantile.

Intitulée Citrouille: Un lendemain de veille, l’oeuvre colorée présente le légume orange avec un visage humain pour le moins hideux.  En plus de souffrir d’une forme d’acnée assez agressive, le faciès du protagoniste est aussi marqué par une espèce de cicatrice verte et une dentition plutôt timide.  Cependant, ces éléments lugubres sont diminués par l’aspect festif des ballons sortant de la tête, qui en plus est ornée d’un magnifique chapeau vert et rouge.  Aussi, la citrouille porte une moustache brune sexy (influence directe de la pilosité faciale de mon géniteur).

Faisant partie de la période minimaliste de mon oeuvre, Un singe en péril illustre cruement le combat d’un animal contre une force destructrice de la nature: l’eau.  On remarque l’effraie de la pauvre bête face au monstre d’eau, menaçant et mystérieux par son absence de visage.  À glacer le sang.  Exécuté avec émotions au crayon feutre, le dessin, évocateur et violent, a pris des années avant d’être interprété correctement par les spécialistes de l’art juvénile.

Pour conclure le tout, je vous présente La planète des tortues, dans lequel j’interprète à ma manière le classique dystopique Planet of the Apes.  Dans ma version, les humains, pratiquement chauves et dont les doigts ont été remplacés par quatre pommes de terre, sont emprisonnés dans des cages faites de gâteau au glaçage mauve.  Les cruelles tortues, bipèdes et mesurant six pieds, gardent attentivement les captifs.  Mais, heureusement pour la race humaine, la résistance envoient des barres de chocolat accrochées à des ballons en forme de coeur pour redonner espoir aux prisonniers.  VIVA LA RÉSISTANCE!

5 Réponses vers “Misterlove: La Genèse, Part Deux.”

  1. VOIR QUE TU N’AS PAS PARLÉ DE L’ÉNORME PAIRE DE COUILLES DU SINGE!

  2. Nemesis Says:

    La description de «La planète des tortues» est beaucoup trop drôle! Oh et, tout comme l’arrache-coeur, j’étais certaine qu’il en serait mention aussi!!

    Rajoutes une troisième personne dans la liste «à la demande générale»! 😉

  3. leboucherduwestisland Says:

    La citrouille a une moustache à la Hitler et un début de swastika dans le front à la Manson. J’ai peur.

  4. Ça m’amuse terriblement! La demande générale augmente!

  5. @arrachecoeur: Pour être honnête, je voyais plutôt cette forme comme du poil trop long!

    @Nemesis: La planète des tortues sera dailleurs adapté au cinéma par Tim Burton.

    @leboucherduwestisland: Oui je sais, c’est angoissant….

    @CC: Merci 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s