Archive for the animaux Category

Comment devenir un douche en 3 étapes faciles grâce à Rachid Badouri

Posted in animaux, rose, télé, Uncategorized with tags , , , , on 7 avril 2010 by Le Boucher du West Island

Contrairement à la croyance populaire, être douchebag ne consiste pas seulement à avoir le teint orange, s’habiller chez Ed Hardy et mettre assez de gel dans ses cheveux pour pouvoir couper de l’acier avec sa tête.  En effet, il y a d’autres types de douchebags plus subtils mais tout aussi dangereux pour la population.  Leurs porte-parole: Rachid Badouri.  Ainsi, grâce à ces 3 étapes faciles à suivre, Rachid vous montre comment devenir vous aussi un douche de deuxième niveau.

1- Tout d’abord, l’attitude douche commence avec l’apparence. Ainsi, Rachid suggère des vestes sans manches (préférablement en laine avec un motif « argyle »), un couvre-chef quelconque afin de cacher son crâne dénudé (casquette, chapeau haut de forme, etc.) et finalement, accessoirisez le tout avec une boucle d’oreille, une chaîne de pantalon style années 90 ou un résidu de barbe sur le menton.

2- Appropriez-vous le mouvement de l’heure, c’est à dire pointer des objets ou des personnes de façon à attirer l’attention le plus possible.

3- Si vous n’avez pas de vrai talent, pas de problèmes! Touchez un peu à tout (danse, rap, doublage, break-dance, animation, gags…).  Ainsi, les gens seront distraits tels des chats devant du papier d’aluminium et vous aurez l’air d’exceller dans tous les domaines.

Voila!  Grâce à ce guide concis et pratique, VOUS AUSSI pourrez remplir des salles sans faire de blagues et animer des émissions originales de caméra cachées tout en agissant comme la pire tête enflée de Juste Pour Rire après Martin Matte. (les 2 sont chauves. Coincidence?)

Publicités

Misterlove: La Genèse, Part Deux.

Posted in animaux, nostalgie, rose with tags , , , , , , on 22 mars 2010 by misterlove

À la demande générale (2 personnes), voici quelques dessins supplémentaires sortant tout droit non pas de la voute Disney, mais de mes cahiers de maternelle.  Cette fois-ci, l’objectif n’est pas de montrer l’origine de mon surnom, mais plutôt d’illustrer à quel point j’avais une imagination tordue, ce qui explique en partie pourquoi je suis borderline fou aujourd’hui (ça et ma consommation excessive d’alcool et de Pine Sol).  Sans plus de flafla, voici le résultat de mon génie créatif infantile.

Intitulée Citrouille: Un lendemain de veille, l’oeuvre colorée présente le légume orange avec un visage humain pour le moins hideux.  En plus de souffrir d’une forme d’acnée assez agressive, le faciès du protagoniste est aussi marqué par une espèce de cicatrice verte et une dentition plutôt timide.  Cependant, ces éléments lugubres sont diminués par l’aspect festif des ballons sortant de la tête, qui en plus est ornée d’un magnifique chapeau vert et rouge.  Aussi, la citrouille porte une moustache brune sexy (influence directe de la pilosité faciale de mon géniteur).

Faisant partie de la période minimaliste de mon oeuvre, Un singe en péril illustre cruement le combat d’un animal contre une force destructrice de la nature: l’eau.  On remarque l’effraie de la pauvre bête face au monstre d’eau, menaçant et mystérieux par son absence de visage.  À glacer le sang.  Exécuté avec émotions au crayon feutre, le dessin, évocateur et violent, a pris des années avant d’être interprété correctement par les spécialistes de l’art juvénile.

Pour conclure le tout, je vous présente La planète des tortues, dans lequel j’interprète à ma manière le classique dystopique Planet of the Apes.  Dans ma version, les humains, pratiquement chauves et dont les doigts ont été remplacés par quatre pommes de terre, sont emprisonnés dans des cages faites de gâteau au glaçage mauve.  Les cruelles tortues, bipèdes et mesurant six pieds, gardent attentivement les captifs.  Mais, heureusement pour la race humaine, la résistance envoient des barres de chocolat accrochées à des ballons en forme de coeur pour redonner espoir aux prisonniers.  VIVA LA RÉSISTANCE!

Chat, c’est une belle photo!

Posted in animaux, films, les internets, nostalgie, rose with tags , , , , , , on 1 mars 2010 by Le Boucher du West Island

En me baladant sur l’autoroute de l’information des Internets, je suis arrivé sur ce délicieux site dédié aux photos de familles insolites et je suis tombé en amour avec la photo ci-dessous.

Comment résister à la pose en escalier de ces mignons enfants? Au combat de motifs entre leurs différents habits? Et surtout, comment résister à…

DES CHATONS DANS UNE POCHE!

Des chatons seuls, c’est cute.  Mais des chatons dans un petit compartiment (poche de chemise, rouleau de carton, bouche…), c’est cute à la puissance 10.

Même les petits garçons aux allures grotesques de phénomènes de foire semblent plus mignons grâce au pouvoir du chaton.

Par exemple, sans chatons, on dirait simplement une photo de jeunesse de Conan O’Brien, Waldo dans « Les Petits Garnements », un zombie et le Dr. Egon dans « Ghostbusters ».


(passez votre curseur sur la photo pour un jeu de mots exquis)

Mais, avec chatons, il s’agit de la meilleure photo d’enfants jamais capturée.

A part la mienne.

Confessions d’un gars de réception #4

Posted in animaux, confessions d'un gars de réception, noir, travail with tags , , , , , , on 27 février 2010 by misterlove

Vous savez, dans n’importe quel milieu de travail, certains fins-finaux trouvent toujours des excuses inventives pour rater une journée ou deux de boulot.  Par exemple, vous avez sans doute déjà entendu le classique: « J’ai la gastro, je vais rester à la maison pour nettoyer les dégâts »  ou l’immortel : « Je suis hangover, arrête de remplir ma boîte vocale ».  Cependant, au cours de mes quelques années de travail saisonnier en tant que commis de réception, je crois sincèrement avoir entendu les justifications d’absentéisme les plus absurdes/mensongères de tous les temps.  Voici d’ailleurs un court palmarès des meilleurs prétextes pour faire le « travail buisonnier », concoctés par d’anciens collègues:

  1. « Y’a pu de gaz dans mon char. »  Ouin, ben au pire tu vas en mettre…  Sinon, y’a un système bien pratique qui s’appelle le transport en commun.
  2. « Je trouve pu mon char. »  C’est sûr que si tu trouves pas ta voiture, ça va être dur de trouver une station service pour mettre de l’essence.  Notez que cette excuse a été donnée par la même personne, à deux occasions différentes.  Un vrai génie.
  3. « Y’a une moufette dans mon appartement. »  Bon, si je comprends bien, Pépé le Pew est entré par effraction et tu veux pas le laisser dans ton appartement de peur qu’il séduise ta chatte?  Ça sent pas bon cette histoire.
  4. « Je peux pas rentrer, la charrue a pas déneigé le chemin devant ma maison. »  Damn, t’habites où, à Iqaluit?
  5. « Je pourrai plus rentrer, jamais.  Chu en tôle. »  Pas de problème, finalement on n’avait pas vraiment besoin de toi!

Alors, si un jour vous cherchez une raison pour ne pas aller bosser, sentez-vous bien à l’aise de piger parmis celles-ci, car, même si vous pensez sûrement qu’il s’agit de pure fiction, tous ces ridicules prétextes ont réellement été utilisés.  Juré.

Willy contre les pirates

Posted in affiches, animaux, films, noir, Uncategorized with tags , , , , , , , , , , , , on 8 février 2010 by misterlove

Alors que la planète entière retenait son souffle en attendant les nouvelles aventures de Willy, Warner annonce enfin l’arrivée du quatrième opus, qui, sans aucun doute, sera le Citizen Kane du 21e siècle.

Quelques observations sur la jaquette, un véritable chef-d’oeuvre de Photoshop:

  • La petite fille ressemble étrangement à Cindy Lou Who dans How the Grinch Stole Christmas.  (Note: ce n’est pas un compliment).
  • Je constate que cet épaulard a été génétiquement muté avec un être humain:  no way que cet oeil appartient à Willy.
  • J’ai comme l’impression que le prochain move de Willy sur l’image est d’arracher la tête de son amie humaine avec ses dents et de s’abreuver du sang de sa victime.
  • J’aime bien comment le pirate a l’air d’un prédateur sexuel, seul sur un îlot de pierres avec un jeune garçon sans défense.
  • Je trouve dérangeant que le personnage afro-américain ait l’air aussi heureux d’être caressé par Beau Bridges en pirate.
  • Le pingouin à droite est vraiment voyeur.
  • Ça manque d’Elijah Wood tout ça.

Disponible au Wal-Mart le 23 mars prochain!

(Via DVDActive)

Mangeuse de chats

Posted in animaux, les internets, nourriture, rose with tags , , on 6 février 2010 by misterlove

Vous avez un vieux chat à moitié mort dont vous désirez vous débarrasser ou une portée de minuscules chattons non-désirés?  Pas de problème!  Arrivant directement du Japon, Shoko Nakagawa, mieux connue sous l’intriguant surnom « Mangeuse de chats », peut vous aider à vous défaire d’un félin qui prend trop de place dans votre misérable vie.  Comment?  En le dévorant d’une seule bouchée.  Cruel?  Non, pas du tout.  En fait, le chat qui servira de repas à Shoko ne souffrira pas, car il pensera simplement recevoir un toilettage en profondeur et avant qu’il ne comprenne ce qui arrive réellement, il sera déjà à moitié digéré.  En plus de vous libérer d’un matou de manière convenable, vous contriburez à la nutrition équilibrée de madame Nakagawa:  un chat au beurre d’arachide au déjeuner, deux gerbilles grillées au dîner et deux furets à l’orange pour souper.

(Via Kotaku)

Misterlove: La Genèse

Posted in affiches, animaux, nostalgie, rose, sexe with tags , , , , , , , , , on 29 janvier 2010 by misterlove

Pour tous ceux d’entre vous qui rêviez de savoir pourquoi mon nickname est misterlove (donc 3 personnes), j’ai finalement découvert la réponse à cette mystérieuse énigme hier soir.  Parce que oui, même moi j’ignorais pourquoi je me surnomme « Monsieur Amour ».  En consultant mes deux gros scrapbooks jaunis dans lesquels je faisais mes dessins à la maternelle – des documents historiques datant de maintenant 17 ans – j’ai relevé un nombre ahurissant de coeurs de toutes les formes, grosseurs et couleurs.  Il semblerait que j’avais une obsession sans borne pour ce symbole universel de l’amour et que je ne pouvais simplement pas m’empêcher de l’inclure dans toutes mes oeuvres d’art juvéniles.  Ce trouble obsessif-compulsif cardiaque me fait d’ailleurs penser aux dessins de phallus de Jonah Hill dans Superbad.  Mais bon, laissons les pénis de côté et constatons plutôt le fruit de mon génie artistique.

Dans ce dessin au crayon de cire simplement intitulé Bonhomme de neige au mois de juin et très gros canard jaune, on peut aisément observer le début de ma dépendance aux formes de coeur.  Effectivement, deux grosses fleurs rouges se transforment en coeur et viennent dynamiser l’espace délimitant la maison et le bonhomme au chapeau de Napoléon.  Aussi, toujours sous forme de plante, quelques coeurs bleus poussent dans un sapin à droite du cadre.  Jusque là, la dépendance n’est pas apparente.  Détail intéressant à remarquer: l’arc-en-ciel anorexique.

Ensuite, avec Homme au corps de feuille d’érable et très gros canard vert, on remarque la multiplication des organes cardiaques multicolores.  Ici, l’utilisation des coeurs comme boutons de chemise imaginaire ainsi que comme ballons de fête d’enfants gonflés à l’hélium sert à détourner l’attention de la physionomie dérangeante du personnage principal de l’oeuvre.  Brillant.  Détail intéressant à relever:  les leggings psychédéliques déchirant la rétine.

Finalement, c’est la perte totale de contôle dans Apocalypse des coeurs.  De fait, le jeune artiste obsédé en moi est comme possédé par la folie de l’amour et remplit chaque centimètre carré de coeurs: dans les arbres, sur le sol, sur les personnages sans visage à droite, dans la fumée de cheminée, dans les nuages, le tout parsemé de dizaines de coeurs fléchés.  Cupidon peut aller se rhabiller.  Seul bémol: où est passé le gros canard?

Et c’est ainsi, mesdames et messieurs, que misterlove est né.

Amen.