Archive for the travail Category

Boisvenu monsieur le sénateur!

Posted in Actualités, alcool, argent, fête, hockey, Politique, rose, travail with tags , , , , , , , on 29 janvier 2010 by arrachecoeur

Après la nomination de l’illetré l’honorable Jacques Demers comme sénateur, on a appris cette semaine que le chercheur Pierre-Hugues Boisvenu qui est élu au prestigieux poste canadien.

Je suis très satisfait des choix du premier minisse Stephen Harper lorsqu’il choisi ses Sénateurs d’Ottawa. Comme le poste demande une compétence extrêmement ardu et un intellect à tout épreuve, il est évident que notre admirable chef d’état est la meilleure personne pour élir les chanceux qui receveront plus de 122 700 $ par année en échange de leur avis précieux sur des questions d’importance capitales (comme choisir le logo olympique qui ressemble le plus à celui du parti conservateur).

Chaque nouveau sénateur est une bonne nouvelle (sauf peut-être Alex Kovalev) et je vous conseille de fêter au nom de M. Boisvenu en fin de semaine.

C’est-à-dire, allez dans les bars et criez JE SUIS PIERRE-HUGUES BOISVENU, SÉNATEUR!

Publicités

Confessions d’un gars de réception #2

Posted in confessions d'un gars de réception, prénom, rose, travail with tags , , , , on 24 janvier 2010 by misterlove

Puisque je travaille dans une réception de marchandises, j’ai le grand privilège et l’immense honneur de côtoyer un personnage fort coloré sillonant les routes glacées du notre Belle Province: le trucker.  Cet imposant énergumène, souvent vêtu d’une chemise carottée délavée, d’un manteau d’hiver beaucoup trop sal et d’une paire de bottes de construction trouée, utilise un language pour interpeller ma personne me laissant souvent l’impression que j’ai un grade dans l’Armée canadienne.

Je m’explique.

Effectivement, lorsque le camionneur entre dans l’entrepôt avec la démarche gracieuse d’un paon, les deux premiers mots qui sortent de sa bouche de linguiste pour me saluer peuvent ressembler à: « Bonjour…

Amigo, l’grand, chef, capitaine, boss, patron, champion, sergeant, lieutenant, adjuvant, major, colonel, général, etc. »

On dirait que tous les truckers ont une liste officielle de surnoms à utiliser dans leur semaine de travail, parce qu’à chaque jour, je n’ai jamais droit au même pseudonyme.  Fascinant.

Mais, mon titre préféré reste l’élégant et respectueux « l’gros », héritage sociotulturel légué par les génies de Loft Story.  Rien de mieux que de se faire rappeler que tu as un léger problème de surpoids par un Bob barbu qui doit peser 275 livres et qui se nourrit et s’abreuve de toute la crap offerte dans les shacks à patates des autoroutes.  Très valorisant.

Note aux camionneurs qui livrent à ma job: prochaine fois que tu m’appelles le « gros » j’te fais un flat avec mon exacto.  Merci.

Confessions d’un gars de réception #1

Posted in confessions d'un gars de réception, noir, quotidien, travail with tags , , , , , , , on 20 janvier 2010 by misterlove

À moins que vous écoutiez mes conversations téléphoniques (coquines), je vous annonce que je ne travaille malheureusement plus à mon club vidéo bien-aimé et ne suis donc plus en contact avec des clients au quotient intellectuel discutable.  Eh oui, j’ai fait une vraie Dominique Michel de moi-même en quittant deux fois le même emploi!  Heureusement, mon nouveau job, commis à la réception des marchandises dans un entrepôt de textiles (oui, je sais, la grosse vie…), me donne autant d’inspiration pour écrire de juteux billets sur le monde du travail.  Voici donc la première entrée dans la nouvelle série Confessions d’un gars de réception.

Comme l’endroit où je bosse est relativement immense, – quelque part entre un cabanon et le Stade Olympique – , la réceptionniste-secrétaire doit utiliser un système d’interphone pour communiquer avec la classe ouvrière dont fait partie votre humble narrateur.  Le problème? 1.  Le système d’haut-parleurs préhistorique produit une qualité sonore comparable à un téléphone construit avec deux cannes de soupe aux pois et un morceau de ficelle.  2.  Aussi sympathique soit-elle, la dite réceptionniste a tendance à prononcer certains mots de manière, disons, crissement incompréhensible particulière.  Ces deux facteurs, combinés au niveau de bruit relativement élevé dans la shop, créent quelques cocasseries auditives qui me donnent parfois l’impression d’avoir consommé des champignons magiques:

  • Lorsqu’un de mes collègues, nommé José Diaz, est interpellé par la voix venant du plafond, je vous jure que j’entends plutôt « José the Ass ».  À chaque fois, je trouve que c’est vraiment un surnom moche à avoir.  Vraiment.
  • Alors qu’un certain Robert est appelé (en anglais), je comprends à chaque coup « Raw Bird ».  Encore une fois, il pourrait s’agir d’un nickname difficile à expliquer ou d’un mets chinois dans un restaurant aux pratiques suspectes.
  • Et puis, quand un Raymond ou l’autre est demandé en quelque part dans l’entrepôt, je suis persuadé d’entendre « Rain Man ».  Pendant une minute ou deux, je regarde autour de moi pour voir si Dustin Hoffman ne serait pas venu faire un tour à Laval pour s’acheter des serviettes.  Déception.
  • Finalement, lorsque votre cher blogueur est demandé sur une ligne téléphonique, son nom de famille « Milliard » se transforme en impressionnant son de chat: « Miyaôu » ou « MIIIIIIIAAAAAAAAAOOUUUU ».  Oui, oui.  Pas de blague.  Puisque je ne parle pas encore le dialecte des chats, je suis toujours confus et manque tous mes appels.

Pour régler ce problème, deux solutions sont envisageables: a) Changer le système d’intercom ou b) Changer légalement le nom de tous les employés.  J’opte pour la seconde possibilité, puisque j’ai toujours rêvé d’avoir un rugissement de félin sur mes pièces d’identité. Mon idée est moins cool pour M. Diaz par contre…

MIAAAAAAAAAAAAAAAAAOOOOOOOOOUUUUUUUUUUUUUUUUU.

Mesure d’urgence

Posted in noir, travail with tags , , on 31 décembre 2009 by misterlove

La raison pour laquelle la construction de ma maison n’avance vraiment pas:

(Via Geekologie)

Jour 8 (Hors-série): Blockbastard

Posted in films, geek, Le Horreur-o-thon du Boucher, mort, travail with tags , , , , , , on 9 octobre 2009 by Le Boucher du West Island

blockbuster-ray-and-carl

Comme j’adore le mois d’Octobre, l’Halloween et les films d’horreur, j’ai décidé de faire le premier Horreur-o-thon des Bipolaires! En effet, j’écouterai un film de peur par jour jusqu’au 31, alors revenez lire mes critiques quotidiennes…si vous en avez le courage! MOUAHAHAHAAA!

—-

Je voulais donner une deuxième chance au film de science fiction Alien: Resurrection mais les FANTASTIQUES employés du Blockbuster Kirkland (je répète, Blockbuster Kirkland) m’ont donné seulement le DISQUE DE BONUS.  Vraiment, chapeau!  Ta seule définition de tâches est de mettre les bons disques dans les bonnes boîtes et tu échoue lamentablement.  C’est pas Mr. Love qui ferait ça.

Donc, j’ai écouté Scream 2 et Scream 3, mais comme je les ai vus déjà plein de fois, je file pas pour les critiquer.

Blâmez Blockbuster (et revenez plus tard pour la critique du film Vampires de John Carpenter).

Confessions of a Video Clerk #9.5

Posted in confessions of a video clerk, films, noir, rose, travail with tags , , on 27 septembre 2009 by misterlove

falling down

Cher client,

j’espère que vous appréciez les quelques chef-d’oeuvres dont je vous ai fait la suggestion en cette belle soirée de septembre.  Votre sourire, votre bonne humeur et votre entrain me rappellent à chaque jour pourquoi j’exerce le métier de commis: côtoyer d’exceptionnels êtres humains comme vous.  Vraiment, je ne crois pas qu’il existe plus grande satisfaction pour un travailleur étudiant comme moi.  En fait, en votre présence, l’argent n’a plus d’importance: l’aura quasi-divine émanant de votre personne est tout le salaire dont j’ai besoin, mais…

quand tu rentres dans le magasin à 11h57 alors que je ferme à minuit, sache que tu me fais chier en tabarnak.  Pourquoi?  Eh ben, le p’tit comique, quand tu viens fucker mon facing à trois minutes de la fermeture, y faut que j’reste 15 minutes de plus pour compter ma caisse et replacer les boîtes que t’as déplacées comme un con.  Recommence une autre fois pis j’vas chier sur ton hood de char ou j’vas imiter Michael Douglas dans Falling Down.

Merci, votre commis préféré 🙂

Confessions of a Video Clerk #9 – Retour au confessionnal

Posted in confessions of a video clerk, travail with tags , , , , , , , on 23 septembre 2009 by misterlove

emilio

Comme vous l’aurez constaté à la lecture du titre, j’ai bravement décidé de retourner à l’emploi à temps partiel le plus gratifiant au monde: commis dans un club vidéo.  Oui oui, malgré les questions stupides et les clients odorants (d’où émanent les dites interrogations), j’ai tout de même choisi de reprendre mon poste afin de guider les âmes perdues et les orphelins à travers les hordes de mauvais films qui pourraient potentiellement compromettre leur état psychologique déjà précaire.  Étrangement, depuis deux semaines, peu d’évènements cocasses/drôles/douteux/sexuellement explicites se sont produits au travail.  Malgré tout, voici deux extraits de ces soirées de dur labeur (not).

***

D’abord, j’aimerais décerner un premier Clerkie Award à une production cinématographique québécoise qui, je crois, démontre une créativité sans borne uniquement par son titre.

Je m’explique.

Alors que je m’attardais à replacer quelques DVD de nature pornographique dans la section désignée – que j’ai affectueusement surnommée la « section collante » -, un des boîtiers, perdu parmis des centaines de paires de seins, de verges et de fentes, a attiré mon attention.  Effectivement, la jaquette, surchargée de nudité québécoise pure laine, arborait un titre dont le génie réside simplement dans la fusion de deux passions canadiennes-françaises – le hockey Canadien de Montréal et le sexe – :

Plottes à Puck – Jus de Puissance


Sérieusement, je ne pense pas pouvoir ajouter autre chose qui soulignerait d’avantage l’intelligence d’un tel titrage.  À part peut-être que ceux qui s’attendent à y retrouver Emilio Estevez pourraient être déçu…

***

Enfin, je voudrais partager une anecdote qui m’a été racontée par un collègue de travail dont je garantirai l’anonymat afin d’éviter toute représaille sanglante.  Comme vous le savez certainement, il n’est pas rare que l’on vous demande une preuve d’adresse lorsque vient le temps de s’abonner à un endroit comme un club échangiste et/ou vidéo.  Alors, cette requête est pour la plupart du temps satisfaite par divers documents officiels tels que: compte d’Hydro, lettre du gouvernement, recommandation d’un rabin ou le coupon pour autoriser une sortie à la Ronde signé par papa.  Mais, un client plutôt audacieux a choisi une approche pour le moins originale: une lettre signée par un juge le convoquant à un procés pour vol à main armée.  Dans la catégorie « Comment intimider un commis et obtenir des locations gratuites », on ne fait pas mieux.  J’imagine un peu le moment:

Client à respecter: C’est tu correct ça?

Le commis intimidé regarde la feuille, tremble un peu, change sa couche et regarde son interlocuteur.

Commis temporairement incontinent: Absolument monsieur, y’a aucun problème.  C’est tout à fait parfait.  Même que c’est la meilleure preuve d’adresse que j’ai jamais vu.  Bravo.

Client repris de justice: Ok.  C’est combien louer un film?

Commis avec un doigt sur le bouton de panique: Combien?  Ben, rien.  Vous choisissez ce que vous voulez, j’vous met ça dans un sac, avec quelques billets de 20$, pis on n’en parle plus.  J’vous donne même la barbe à papa en prime.  En fait, ça c’est les clés du coffre, vous pouvez aller vous servir, moi j’y vais.  Ciao.

Le commis sort en courrant.

***

Note éditoriale: « Bipolaires » détient des parts dans la boîte de production derrière « Plottes à Puck: Jus de Puissance ».