Archive pour An American Werewolf in London

Jour 19: « The Howling »

Posted in films, Le Horreur-o-thon du Boucher with tags , , , , , on 19 octobre 2009 by Le Boucher du West Island

howling-se_shot5l

Comme j’adore le mois d’Octobre, l’Halloween et les films d’horreur, j’ai décidé de faire le premier Horreur-o-thon des Bipolaires! En effet, j’écouterai un film de peur par jour jusqu’au 31, alors revenez lire mes critiques quotidiennes…si vous en avez le courage! MOUAHAHAHAAA!

————

Après An American Werewolf In London, voici un autre film culte de loups-garous célèbre grâce à ses effets spéciaux saisissants!  Le film de 1981 de Joe Dante commence avec Karen (Dee Wallace) qui va rencontrer face à face son admirateur/meurtrier, avec l’aide de la police.  Une fois le malfrat bougre mécréant méchant tué par la police, un psy recommande à Karen de partir pour une semaine dans une retraite champêtre afin de se ressourcer au sein d’une communauté expérimentale.  Mais, certains membres ne sont pas aussi inoffensifs qu’ils en ont l’air…DUN-DUUUN!

Tout comme son homonyme, The Howling comporte une des scènes de métamorphoses les plus réussies et terrifiantes du cinéma d’horreur.  En effet, du même artiste que les maquillages de The Thing, les conceptions cauchemardesques font le succès du film.  De plus, le scénario mélange les clins d’oeil aux films de loups-garous avec une parodie des psy/gourous new age charlatans.  Par contre, Karen est un des pires personnages féminins que j’ai vus, étant constamment kidnappée, terrorisée, braillarde, émotive, inefficace, idiote et banale.  Bref, une vraie femme, quoi! (bienvenue à un show d’humour de 1925!).  Malgré tout, un des meilleurs films modernes de loups-garous!

Note finale: 8/10

———–

Meilleure citation: « Sorry to scare you, ma’m, thought you was a cowjacker. » (un fermier connaît la vie dure de la campagne)

Meilleure mort: L’amie de Karen qui a une confrontation longue (et douloureuse) avec un loup-garou. Elle lui coupe une patte; il lui arrache la gorge.  C’est fair.

Y’as-tu des tits?!: Oui, dans un film porno présenté dans un cinéma XXX.  Comme AAWIL d’ailleursL…

Saviez-vous que…:  Rick Baker a quitté le projet pour aller faire le maquillage de…AAWIL!

Jour 3: « An American Werewolf In London »

Posted in fête, films, Le Horreur-o-thon du Boucher, mort, noir, télé with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 3 octobre 2009 by Le Boucher du West Island

american_werewolf_in_london_remake

Comme j’adore le mois d’Octobre, l’Halloween et les films d’horreur, j’ai décidé de faire le premier Horreur-o-thon des Bipolaires! En effet, j’écouterai un film de peur par jour jusqu’au 31, alors revenez lire mes critiques quotidiennes…si vous en avez le courage! MOUAHAHAHAAA!

—-

Après les vampires, les loups-garous, maintenant!  Dans ce film culte de John Landis, connu autant pour ses comédies (The Blues Brothers et Animal House) que ses films d’horreur (Twilight Zone: The Movie et le clip de Thriller), deux jeunes américains partent en escapade en Europe.  Malheureusement, il n’ont pas le temps de s’écrier « bloody hell! » quand ils se font sauvagement attaquer par un animal étrange…

John Landis a travaillé dans l’horreur et dans le comique et ça parait!  En effet, AAWIL oscille entre les rires et les cris d’effroi à plusieurs reprises, misant entre autres sur l’aspect « poisson hors de l’eau » d’un Américain en Angleterre.  Par exemple, aussitôt les deux amis entrés dans un pub rustique bourré d’Anglais, l’atmosphère se refroidit plus vite qu’une cheerleader dans un slasher movie.

En effet, l’humour noir plane tout au long du film, jusque dans les choix de trames sonores, chacune ayant le mot « lune » dans le titre (Blue Moon, Bad Moon Rising, etc.).  La juxtaposition de ces chansons jazzy sur des scènes de métamorphose grotesque vécues par l’attachant personnage principal David (David Naughton) ne fait que rajouter à l’aspect comique du film.  De plus, avec plusieurs clins d’oeil au cinéma, il s’agit d’un véritable précurseur à Scream ou Shaun of the Dead.  Rajoutez des performances réalistes, une bonne dose de gore et une finale ambitieuse (chaos dans Picadilly Circus) et il s’agit d’un excellent film noir teinté de rouge où on rit jaune.

Note finale: 9/10

—–

Meilleure citation: « Queen Elizabeth is a man! Prince Charles is a faggot! Winston Churchill was full of shit! Shakespeare’s French! » (David tente de se faire arrêter à Trafalgar Square…sans succès.)

Meilleure mort: La première du film est plutôt déstabilisante…sans compter que le mort revient hanter David plus d’une fois (avec plusieurs de degrés de décomposition).

Y’as-tu des tits?!: Mets-en. La blonde de David pendant qu’ils font l’amour, ainsi qu’une pornstar dans un film XXX de cinéma porno.  Et les femmes peuvent se régaler du paquet au perso principal durant ses transformations.

Saviez-vous que…: Il s’agit du premier film à gagner un Oscar pour Meilleurs maquillages puisque la catégorie fut créée en 1981.

%d blogueurs aiment cette page :