Archive pour Carey Price

Types de fan

Posted in hockey, Montréal, quotidien, rose, sports, télé, USA, wacko jacko with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 24 avril 2009 by arrachecoeur

Il mentionnait qu’il n’existait que deux sortes de fans, lorsqu’on parle d’une équipe de hockey (feu les Canadiens de Montréal, par exemple).

Ceux-ci:

L’impulsif – Celui qui glorifie trop vite et qui, conséquemment, urine sur chaque joueur qui commet une faute.
Sa phrase clichée : «Moé j’crisserais la moitié de l’équipe dehors!»

Le rationnel pompeux – Celui qui défend les joueurs hués pour s’auto-prouver qu’il est un «vrai fan» plus civilisé et intelligent que les autres.
Sa phrase clichée : «Voyons donc! Calmez-vous bande de caves. Si tel joueur jouait à Detroit il serait bien meilleur!»

Je me permets de terminer son travail en ajoutant d’autres types d’amateurs.

Le fan d’un seul joueur – Celui qui prétend aimer l’équipe, mais en fait, il n’aime qu’un seul joueur (souvent le plus populaire) .
Sa phrase clichée : «L’équipe n’est rien sans Kovalev!»


Le fan matérialiste – Celui qui a besoin de prouver aux autres qu’il aime l’équipe. Il possède trois t-shirts, un jersey, une casquette, le porte-feuille, le porte-clé, les bobettes, les condoms, le vernis à ongle, le téléphone cellulaire, la brocheuse, le déodorant, le scorbut et les bas à l’effigie de l’équipe.
Sa phrase clichée : «As-tu vu mon nouveau tattou des Canadiens? Drette su mon cœur!»


La fan qui trippe sur les joueurs (aussi connue sous le nom de plotte à puck) – Celle qui n’aime que les joueurs qu’elle trouve incroyablement séduisant.
Sa phrase clichée : «Price c’est l’homme de ma vie!» ou «C’est plate que Bégin ait été échangé, il avait tellement de beaux yeux!»


Le fan statisticien – Celui qui connait tous les statistiques de tous les joueurs et qui passe pour un génie et/ou un pas de vie.
Sa phrase clichée : «La prochaine partie, Montréal va la gagner, parce que depuis que Kyle Turris a été acquis par les Coyotes de Pheonix en 2007 (3e choix au repéchage bien sûr), l’équipe (anciennement les Jets de Winnipeg, mais ils ont déménager en 1996) n’a battu le Canadien de Montréal qu’une seule fois sur 3 lorsque le match se déroulait à Montréal, un mardi de février où la température extérieure oscillait entre – 5 et -10’c un samedi soir où c’est une reprise des Simpsons qui passe à Télétoon.»


Le hater qui aime l’équipe en cachette – Souvent voué à une équipe rivale, le hater aime l’équipe secrètement, mais ne veut pas l’avouer à ses amis pour être intéressant/différent.
Sa phrase clichée : «LET’S GO BRUINS!»


Le fan jamais à jour – Celui qui ne s’informe pas et qui, par conséquent, écœure tout le monde avec ses questions idiotes. Il porte souvent un chandail des Nordiques.
Sa phrase clichée : «Mike Ribeiro est rendu à Dallas?»


Le fan baby-boomer – Celui qui aime le Canadiens, mais pour ses performances dans les années 70.
Sa phrase clichée : «Guy Lafleur était ben meilleur!»


Le fan tough – Celui qui veut toujours voir du sang sur la glace.
Sa phrase clichée : «LARAQUE! LARAQUE!»


La blonde du fan – Celle qui trippe sur le hockey pour faire plaisir à son chum.
Sa phrase clichée : «S’ils gagnent à soir, ils gagnent les séries?»


La blonde conne du fan – Celle qui trippe sur le hockey pour faire plaisir à son chum, mais qui est idiote, qui plus est.
Sa phrase clichée : «Les Canadiens, ce sont les blancs ou les jaunes?»


Le fan négatif – Celui qui dit que l’équipe est toujours vouée à la défaite.
Sa phrase clichée : «J’écoute la game même si je sais qu’ils vont perdent…»


Le fan positif – Celui qui dit que l’équipe est toujours vouée à la victoire.
Sa phrase clichée : «J’ÉTAIS LÀ À LA REMONTÉE HISTOIRE DE CINQ BUTS CONTRE LES RANGERS!»

%d blogueurs aiment cette page :