Archive pour chuck norris

Pics de… AWWRRRR TROIS LOUPS

Posted in animaux, geek, noir with tags , , , on 13 août 2010 by misterlove

Quand Chuck Norris a vu mon t-shirt, ses globes oculaires ont littéralement pris en feu.

Publicités

Steven « Sex Offender » Seagal?

Posted in Actualités, films, mort, noir, sexe, Uncategorized with tags , , , , on 14 avril 2010 by misterlove

Steven Seagal, vedette du cinéma d’action des années 80-90 et machine à tuer à queue de cheval, est poursuivi au civile pour avoir supposément traité des assistantes de production comme esclaves sexuelles.  C’est Kayden Nguyen, ancienne employée de Seagal, qui a déposé la poursuite à Los Angeles.

Bon, mettons quelque chose au clair:  je ne cautionne pas l’exploitation sexuelle des femmes.  Cependant, je crois qu’il faudrait y penser à deux fois avant de traîner Steven Seagal en cours.  Ce que je veux dire, c’est qu’il faut être conscient que quand cet homme-là est fâché, il peut facilement casser n’importe quel os du corps humain ou en faire de l’origami.  Je mouille mes pantalons rien qu’à imaginer sa réaction s’il était reconnu coupable.

En fait, ça ressemblerait sûrement à ça:

Même Chuck Norris ne pourrait pas l’arrêter.

(Via Showbizz.net)

Cycle et Recycle sont en bateau…

Posted in quotidien, rose, Uncategorized with tags , , , , , , , on 30 août 2009 by Le Boucher du West Island

bin

Le dimanche est jour de fête dans la demeure Boucher (du West Island).  Non, ce n’est pas le jour de notre bain semi-mensuel ou notre soirée Risk.  La raison est bien simple: je dois préparer la boîte de recyclage pour les éboueurs qui passent le lendemain matin! (ou lendemain soir: ils ont l’habitude de diversifier leurs heures de tournée pour nous garder sur le qui-vive, j’imagine!)

Comme le matin de Noël, je descend les escaliers en trombe afin de me précipiter sur le gargantuesque amoncellement de carton, de verre et de plastique qui m’attend dans la boîte.  Ce trifecta (merci) de matériaux recyclables me procure une telle joie pour l’environnement que j’ai envie de caresser un rouge-gorge et faire l’amour oral à un peuplier faire ma part.

Mon plaisir personnel est de me donner un défi à relever, soit de faire rentrer chaque morceau de carton dans une seule boîte de céréales sans la faire exploser.  Mon taux de réussite est souvent élevé, sauf quand je dois faire fitter les cartons de lait ou de jus d’orange.  En effet, la force requise pour plier ce solide contenant est l’équivalent de 2 Lou Ferrigno + 1 Chuck Norris + les facultés de pliage de papier des plus grands champions d’origami.

Par contre, lorsque j’échoue, la boîte explose violemment, créant une tempête de débris rigides dans la maison, s’apparentant au Slava SnowShow en plus destructeur.  Ma mère a même eu droit à 10 points de suture sur l’abdomen à cause d’un rabat de Cheerios bien propulsé!  Malgré tout, rien ne m’empêcherait de savourer chaque seconde de cette délicieuse tâche–que dis-je? « Hobby »!– hebdomadaire! J’adore m’efforcer à insérer 30 lbs de carton et de vitre dans un bac gros comme une une boîte à bijoux!

Confessions of a Video Clerk #6

Posted in confessions of a video clerk, noir with tags , , , , , , , , on 23 mars 2009 by misterlove

sweeney todd

Puisque j’ai survécu au lancement de Twilight en DVD, en fait je ne travaillais pas cette journée-là, je peux maintenant partager avec vous quelques constats sur la location de films.  Après plus de 6 mois à observer la clientèle, je crois avoir compris les différentes techniques qui mènent au choix d’un DVD.  Les voici.

1. Ordre alphabétique

Certains clients, à l’esprit cartésien ou simplement trop paresseux pour faire le tour du magasin, sélectionnent les films qu’ils empruntent une lettre à la fois.  En effet, ils choisissent une section de l’alphabet et optent pour deux ou trois films voisins.  Ainsi, avec cette approche logique et mathématique, ils croient un jour avoir vu TOUS les DVDs que nous offrons.  Deux problèmes.  Premièrement, nous recevons cinq ou six nouveautés par semaine, donc, selon mes calculs, un client qui utilise cette technique pourrait passer sa vie à visionner des oeuvres qui commencent par A.  Conséquemment, cela veut dire qu’il ne ressentirait jamais l’incommensurable joie de voir Disaster Movie.  Deuxièmement, rendu à la lettre H, le méthodique consommateur devra louer The Happening et possiblement mourir d’un anévrisme.  Qui a dit que le cinéma était un art inoffensif?

2. « Un ami m’a dit que c’était bon… »

D’autres personnes, incapables de se faire une opinion par elles-mêmes, ne jurent que par les suggestions de leurs amis.  Erreur.  Anecdote:

Madame entre dans le magasin, l’air fâché et gesticulant férocement.  Elle essuie l’écume sur ses lèvres et lance:

Ça monsieur, c’est le pire film que j’ai vu de toute ma vie.  Mon ami m’a dit que c’était bon, mais c’est vraiment ridicule.  C’est super violent, pis en plus, le monde chante!  Franchement…

Vous aurez compris que la cliente en question avait choisi Sweeney Todd:  The Demon Barber of Fleet Street.  Eh bien, vous savez quoi?  Du Tim Burton, étonnamment, ce n’est pas pour tout le monde.  Un peu comme le sexe anal.  Ah, et, for the record, les films dans lesquels les personnages chantent s’appellent des comédies musicales.  Je prends une chance, juste au cas où madame lirait Bipolaires.

3.  Demander au commis

De loin la stratégie la plus exploitée par la clientèle avare de films de qualité, la requête auprès du sympathique caissier est une arme à double tranchant.  Si l’employé en question s’est levé du bon pied, qu’il passe une bonne journée, qu’il fait beau dehors, qu’il vient d’avoir une promotion, qu’il vient de découvrir le secret de la vie éternelle et qu’il n’est pas trop occupé à passer le balais, celui-ci vous répondra avec une franchise désarmante et suggérera un chef-d’oeuvre ou deux.  Mais, si le même commis modèle se fait interroger pendant 20 minutes sur tous les films en magasin alors qu’il doit fermer dans 30 secondes, le résultat risque de varier.  En effet, lorsque le client empêche l’angélique commis de partir chez lui après une soirée de labeur, celui-ci devient aigre et propose les pires merdes qu’il peut trouver sur les murs:

Ok, prenez Chuck Norris’ Yoga Lessons, le film français Je crois que de battre mon coeur s’est arrêté, mais je vais bien, ne t’en fais pas.  Nous sommes ensemble, c’est tout pis Rachid Badouri en spectacle.  Ok, bye, on ferme.

En bonus, cette facette du service à la clientèle est illustrée à la perfection dans cet extrait du film Clerks:

Confessions of a Video Clerk #4

Posted in confessions of a video clerk, films, noir, travail with tags , , , , , on 19 février 2009 by misterlove

norris

Considérant la renommée planétaire de la première mouture des Confessions of a Video Clerk, je me devais de partager avec notre gargantuesque lectorat d’autres questions saugrenues qui naissent dans le cerveau des dévédéphiles visitant mon environnement de travail.  Voici donc ce qui a retenu mon attention cette semaine, dans un ordre tout à fait aléatoire (ce n’est donc pas un ordre).

***

Un client, après avoir regardé (trop) rapidement les heures d’ouverture sur la porte d’entrée m’interpelle:

Heille, vous fermez à midi?

Tout à fait.  Dans le but de bâtir un capital de sympathie et de renforcer notre service à la clientèle déjà sans faille, nous avons adopté les heures d’ouverture des banques, c’est-à-dire trois heures.  De toute manière, rester ouvert plus longtemps tiendrait du suicide économique, particulièrement en période de récession.

***

Monsieur entre dans le magasin, regarde sur les tablettes et demande:

Avez-vous des nouveautés?

Non, sombre idiot.  Ici, nous privilégions une culture passéiste et ne louons que des métrages produits entre 1895 et 1985.  Pourquoi 1985?  Parce que c’est à cette époque bénie des dieux que Chuck Norris a illuminé les écrans dans l’orgasmique Invasion U.S.A..  Rien ne sert de voir d’autres films, car la rousseur norrissienne atteint dans ce chef-d’oeuvre son paroxysme.

***

Après avoir retourné un film érotique supposément défectueux, le client à la morale questionnable m’interroge:

Ouin ben, tu peux tu l’essayer dans ton lecteur?

Sans problème monsieur. Il me fera plaisir de projeter Suck My Saggy Balls 87 pendant que la petite Mégane, 9 ans, choisit un film dans la section « Famille ».  Ridicule de penser que nous pourrions recevoir une amende pour grossière indécence…

***

Une dernière pour la route:

Avez-vous le DVD du groupe Duo-Tang?

Non madame, les groupes qui passent au Canal Savoir n’intéressent personne, c’est bien connu.  Qu’ils brûlent en enfer.  C’est le prix à payer quand on fait du bouche-à-bouche entre mâles.

(Note de l’auteur: pour comprendre cette obscure référence, allez lire l’auto-promotion masturbatoire du groupe ici.)