Archive pour citizen kane

Willy contre les pirates

Posted in affiches, animaux, films, noir, Uncategorized with tags , , , , , , , , , , , , on 8 février 2010 by misterlove

Alors que la planète entière retenait son souffle en attendant les nouvelles aventures de Willy, Warner annonce enfin l’arrivée du quatrième opus, qui, sans aucun doute, sera le Citizen Kane du 21e siècle.

Quelques observations sur la jaquette, un véritable chef-d’oeuvre de Photoshop:

  • La petite fille ressemble étrangement à Cindy Lou Who dans How the Grinch Stole Christmas.  (Note: ce n’est pas un compliment).
  • Je constate que cet épaulard a été génétiquement muté avec un être humain:  no way que cet oeil appartient à Willy.
  • J’ai comme l’impression que le prochain move de Willy sur l’image est d’arracher la tête de son amie humaine avec ses dents et de s’abreuver du sang de sa victime.
  • J’aime bien comment le pirate a l’air d’un prédateur sexuel, seul sur un îlot de pierres avec un jeune garçon sans défense.
  • Je trouve dérangeant que le personnage afro-américain ait l’air aussi heureux d’être caressé par Beau Bridges en pirate.
  • Le pingouin à droite est vraiment voyeur.
  • Ça manque d’Elijah Wood tout ça.

Disponible au Wal-Mart le 23 mars prochain!

(Via DVDActive)

Publicités

Lance et Clichés

Posted in Actualités, hockey, télé with tags , , , , , , , , , , , , on 25 novembre 2009 by misterlove

L’autre soir, après avoir été subjugué par la finale de Lance et Compte: Le Grand Duel, j’ai eu comme envie de rendre hommage à cette excellente émission télévisuelle qui devrait, selon mon humble avis, faire partie du patrimoine culturel international.  Effectivement, cette télésérie, écrite par Réjean Tremblay et diffusée à TVA, a sa place parmis les grandes oeuvres comme The Sopranos, Citizen Kane, la Joconde et Jardinons avec Albert.  Ainsi, j’ai décidé de dresser la liste des cinq ingrédients nécessaires à la création d’un épisode de Lance et Compte.  Pourquoi?  Eh bien, lorsque M.  Tremblay sera repêché par le Saint-Père, les futurs auteurs de la saison 36 auront certainement besoin de certains cues pour recréer la magie des belles années du National:

5.  Chaque épisode doit contenir au minimum 8 trames narratives qu’on aura à peine le temps d’exploiter et mettre en scène des personnages dont on se torche royalement puisqu’ils ne reviendront pas la saison prochaine.  Exemple:  Jean-Michel Anctil qui fait son personnage de Râteau interprète un fan du Canadien complètement dément.

4.  Lulu (Denis Bouchard) doit frôler l’anévrisme sur la galerie de presse quand Lambert compte un but. Idéalement, il envoie deux ou trois collègues dans le coma en les assommant avec ses bras qui s’agitent dans tous les sens.  (C’est beau; on a compris qu’il prenait pour le National…)

3.  Un personnage principal découvre qu’il a des enfants dont il ignorait l’existence.  Par exemple:  « Écoute Suzie, tu t’rappelles mon voyage en Suède l’année dernière…?  J’te présente Sven, mon fils. »

2.  Marc Gagnon (Marc Messier) doit faire la rotation de tous les sacres québécois au moins deux fois.  Une phrase idéale pourrait ressembler à: « Tabarnak les gars!  Sont en train d’nous manger tout rond calice.  Y’a des ostis de limites à s’faire crisser une volée.  Saint-Ciboire d’osti, RÉVEILLEZ-VOUS! »

1.  Suzie Gagnon (Marina Orsini) doit pleurer au moins une dix fois à chaudes larmes et s’écrier violemment: « CH’TAIME MARC GAGNON!  BOUHOUHOUHOUHOUHOUHOU ».  Si possible, elle a aussi une maladie grave.

MAIS…

Pour créer l’ultime épisode de Lance et Compte, il faudrait surtout ramener Danny Ross:

.

2009: la renaissance du cinéma

Posted in films, geek, rose, USA with tags , , , , , , , , , , on 21 janvier 2009 by misterlove

dragonball-evolution

C’est bien connu, Hollywood est la capitale mondiale, sinon intergalactique, de la créativité cinématographique.  Effectivement, c’est dans ce paradisiaque oasis de renouveau artistique que les plus grands films de l’histoire ont été réalisés et ce par des cinéastes dont le talent est absolument divin.  Sans aucune hésitation, je dirais même que les cinématographies de pays comme la France ou le Japon sont complètement désuètes et obsolètes en comparaison aux innombrables coups de maître des Étatsuniens.

Cependant, après des décennies de chef-d’oeuvres, on serait porté à croire que la Mecque du septième n’a plus rien à offrir.  Nenni mes amis.  Donc, pour vous démontrer l’immuable génie filmique américain, voici les cinq productions hollywoodiennes qui marqueront l’histoire de l’humanité en 2009.

5. The Pink Panther 2 (Harald Zwart)

Bien conscients que le premier volet mettant en vedette Steve Martin aie laissé les peuples du monde sur leur faim (particulièrement l’Afrique), les savants scribes d’Hollywood ont pondu un deuxième récit magistral qui heureusement sera transposé à l’écran. Manquer les prochaines aventures de l’inspecteur Clouseau tiendrait du péché mortel.  Espérons que ce nouvel opus nous fera oublier les imbuvables pastiches slapstick des années 70 avec l’exécrable Peter Sellers.

4. Street Fighter: The Legend of Chun-Li (Andrzej Bartkowiak)

Poursuivant la rafraîchissante vague d’adaptations de jeux vidéo, le réalisateur Bartkowiak aura sans doute de la difficulté à surpasser l’original qui mettait en vedette le shakespirien Jean-Claude Van Damme (où-est son Oscar honorifique?).  Pourtant, j’ai espoir que cette oeuvre sera remplie d’éléments qui en feront un immortel: des combats, du sang et de la sueur.  Fight Club peut aller se rhabiller.

3. Knowing (Alex Proyas)

Bon d’accord, Proyas a quelques navets pourris à se faire pardonner: The Crow et Dark City.  Cependant, je crois fermement que ce nouvel effort sera sauvé par la performance oscarisable du plus grand comédien des années 2000.  Et j’ai nommé Nicolas Cage.  Avec son faciès métamorphique et une crédibilité à peine égalée par Brando, cet acteur incontournable portera tout ce thriller sur ses épaules (faites de marbre).

2. Crank 2: High Voltage (Mark Neveldine, Brian Taylor)

Encore une fois, le public sera témoin de l’incroyable versatilité de Jason Statham.  On se demande presque comment cet acteur de haut qualibre réussit à créer un personnage unique dans chaque production à laquelle il participe.  Cette fois-ci, en plus de faire don de ses muscles olympiques à l’écran, Statham rehaussera sans difficulté les standards de qualité du film d’action avec les pouvoirs de l’électricité.  Bziiizzzz.

1. Dragonball Evolution (James Wong)

Puisqu’il ne fallait qu’une seule première position, la voici.  Le film, qui s’inspire évidemment du classique de la littérature japonaise, sera certainement vu comme le nouveau Citizen Kane tant il changera le language cinématographique et ses codes formels.  Il marquera une ère de renouveau filmique qui forcera les bonzes d’Hollywood à produire exclusivement des suites à celui-ci.  S’il m’est permis de rêver, j’espère un jour voir Dragonball 26: With a Vengance.