Archive pour Claude Poirier

Un pédophile donne une défense fromagée

Posted in Actualités, Montréal, noir, nourriture with tags , , on 4 octobre 2011 by Le Boucher du West Island

L’homme qui apparaît ci-haut, en plus d’être un clône raté de Claude Poirier (Clône Poirier?), est un présumé agresseur d’enfants et avide consommateur de pornographie juvénile, possédant plus de 45 000 images d’agressions sexuelles sur des enfants.

Lors de son procès, Gabriel Cantin 72 ans, a prétendu que l’agression sexuelle sur la fillette de 3 ans dont il est accusé « ne serait jamais arrivé » s’il n’avait pas eu à changer la couche de la petite. En effet, comment un bébé ose-t-il faire ses besoins et demander à être changé? Impensable! Non mais, quel aguicheur, ce bambin!

De plus, le père de la petite victime a quitté la salle de cour à plusieurs reprises, en colère. Le sympatique M. Cantin a alors rétorqué « Si ses yeux étaient des fusils, il me tirerait, jériboire! ». Eh bien, jernigouène de barreau de chaise de bouleau noir de sac à papier! Quelle réaction inhabituelle de la part du père d’un enfant abusé sexuellement! J’espère qu’il va envoyer un panier de fruits et de produits de bains à M. Cantin pour s’excuser.

Finalement, M. Cantin a qualifié son téléchargement abusif (get it?) de pornographie juvénile de « manie », prétextant qu’il a « 200 cassots de Kraft Dinner dans mon salon. Pourquoi? ». A mon avis, avec cet argument béton, la défense ne peut qu’acquitter M. Cantin. Donc, tenez-vous le pour dit : si vous manger du Kraft Dinner, vous êtes aussi pires qu’un agresseur d’enfants.

Quoiqu’à bien y penser, c’est un très bon slogan pour une campagne de nutrition.

Publicités

Horreur!

Posted in Actualités, films, noir with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 décembre 2009 by misterlove

Comme je le mentionnais dans un précédent billet, les journalistes et chroniqueurs sont probablement menacés d’être fusillé s’ils n’écrivent pas un « top » sur un sujet quelconque.  Hors, en consultant quelques uns de ces incroyablement pertinents palmarès sur cyberpresse.ca, j’ai frôlé la crise cardiaque – autrement dit j’ai presque fait un Brittanny Murphy – en lisant cette entrée des « Cinq meilleurs films d’horreur » (de la décennie), par Aleksi K. Lepage:

5. Twilight, 2008, de Catherine Hardwicke. Oui, c’est pour les filles et les «émosexuels» (les grands sensibles). Mais Twilight a le mérite de renouveler au cinéma un genre (les récits de vampires) devenu redondant et dépassé.

Fuck, pour vrai là?  Twilight, un film d’horreur?  Et par-dessus le marché un des cinqs meilleurs films d’horreur?  Si par cela notre cher monsieur Lepage veut dire:  « Osti, c’était tellement mauvais que j’ai eu peur de mourir par combustion instantanée », je suis d’accord.  Cependant, je doute fort que ce soit l’intention de cet érudit cinématographique.  Sérieusement, si vous considérez ce film comme faisant partie de la catégorie « horreur », vous: a) êtes idiot b) êtes mort ou c) avez 14 ans, êtes du sexe féminin et êtes donc facilement déstabilisé par un son fort et subit au cinéma.  Je trouve d’autant plus insultant, innacceptable et criminellement condamnable qu’un pareil étron soit nommé aux côtés d’excellentes productions comme Shaun of the Dead et The Mist.  C’est un peu comme si dans un gala d’animation télé on récompensait Claude Poirier et François Paradis:  ça ne serait pas très gentil pour monsieur Poirier.  Mais, la meilleure partie de cette citation est sans aucun doute l’utilisation du mot « renouveler ».  Effectivement, un film d’épouvante dans lequel le spectateur n’a pas peur, c’est plutôt innovateur.  De plus, pour ajouter à l’aspect inédit, au lieu d’être consummé violemment à la vue du Soleil, les vampires… scintillent.  Euh, oui, ok.  C’est… génial?  On n’a pas vu pareille révolution depuis l’invention du Segway.

Ah, pis assez de niaisage:  Twilight n’est pas un film d’horreur.  Point.  Allez donc louer Let the Right One In à la place.  Remerciez-moi plus tard.

Note:  Je tiens quand même à féliciter Aleksi pour avoir introduit le mot « émosexuel ».  Bien joué.

Une perdrix dans un poirier?!

Posted in Actualités, animaux, fête, hockey, musique, Noël, noir, obama, quotidien, sexe, télé, USA with tags , , , , , , , , , , , , , , on 7 décembre 2009 by Le Boucher du West Island

Si vous suivez vos traditions des Fêtes, vous êtes aujourd’hui rendu à votre 7e chocolat de calendrier de l’Avent.  Par contre, si vous êtes comme moi, vous êtes rendu au 18e parce que vous trouvez qu’un chocolat de 0.8 mm d’épaisseur par jour, c’est vraiment pas assez.  Peu importe votre situation, la pratique de compter les jours avant Noël remonte des siècles et des siècles dans le temps (genre quand Larry King est né).

Ainsi, une variante de ce décompte est mentionnée dans l’interminable cantique « The Twelve Days of Christmas », qui décrit l’intervalle de temps entre le Boxing Day et le 6 janvier.* Seule ombre au tableau: les paroles n’ont jamais été mises à jour pour le 21e siècle, créant ainsi une chanson dans laquelle les gens s’offrent des colombes, des poules et une perdrix dans un poirier.  Bien que tout ça soit très utile pour se partir une basse-cour ou une franchise PFK, le premier qui me donne un volatile en cadeau n’est pas mieux que mort.  Donc, j’ai décidé de mettre à jour les 12 cadeaux de la chanson pour la société moderne de 2009.  (Notez que je saute au dernier jour immédiatement, c’est trop long sinon.)

Le douzième jour de Noël, ma fiancée m’a donnée…

• 12 chandails de Guillaume Latendresse en rabais;

• 11 actions de Norbourg;

• 10 Snuggies jaune serin;

• 9 maîtresses de Tiger Woods;

• 8 doses de vaccin avec adjuvant;

• 7 dollars (c’est tout ce qui reste dans son compte);

• 6 partys sur le yacht de Tony Accurso;

• 5 coffrets DVD de Destinées;

• 4 bustes de Barack Obama (2 en superhéros, 2 en dictateur);

• 3 caisses de Purell;

• 2 chlamydias;

• et une perdrix dans Claude Poirier!

* A noter que la chanson n’est pas en temps réel pour les 12 jours, malgré sa longueur apparente.