Archive pour cyberpresse

Christ de cinéma

Posted in Actualités, argent, films, fin du monde, noir with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 24 février 2010 by misterlove

Comme nous apprend l’Agence France-Presse dans cet article de Cyberpresse, les autorités religieuses de Rio de Janeiro exigent des producteurs du film-catastrophe 2012 des indemnités monétaires.  Pourquoi?  Pour avoir utilisé sans leur autorisation l’image de la célèbre statue chrétienne surplombant la ville sud-américaine.  Effectivement, dans cette docu-fiction signée Roland Emmerich, ce symbole religieux représentant Jésus « Carpenter » Christ est complètement démoli par les eaux destructrices de la fin du monde.

Tout d’abord, puisque je suis un fervent chrétien et admirateur #1 de J.C., je suis entièrement d’accord avec la décision de l’Église de poursuivre les méchants Juifs d’Hollywood.  Comme on aime bien dire à la messe du dimanche entre paroissiens: « Sue the bastards! »  Il est absolument inacceptable de profaner un symbole sacré du christianisme (ceux des autres religions, c’est beaucoup moins grave);  il doit donc y avoir sanction.

Cependant, je crois sincèrement que l’archidiocèse de Rio se trompe de cible en visant Columbia Pictures et les artisans démoniaques ayant conçu cette hérésie cinématographique.  De facto, les vaillants représentants de Dieu sur Terre devraient plutôt s’attaquer à la civilisation maya, car, après tout, ce sont ces méchants autochtones avares d’or qui sont responsables du calendrier défectueux qui mène éventuellement à la fin du monde en 2012.  En effet, s’ils avaient maîtrisé les mathématiques de manière adéquate, ils auraient pu concevoir un calendrier se rendant plus loin dans le futur, empêchant ainsi le cataclysme que nous connaissons.  Donc, logiquement, puisqu’ils ont inspiré le réalisateur Emmerich à produire un film sur cet évènement apocalyptique, les Mayas sont les seuls responsables de cette utilisation non-respectueuse de la statue de Rio de Janeiro dans 2012.

Mais, alors, comment actionner ces diaboliques Mayas si ceux-ci ont été complètement éradiqués?

Deux options.

D’abord, avec les sommes d’argent recueillies dans toutes les quêtes de toutes les églises du monde et en vendant quelques statues en or du palais papal, il ne fait aucun doute qu’il serait possible de financer l’invention d’une machine à voyager dans le temps qui permettrait ensuite à un avocat de remonter quelques centaines d’années dans le passé et servir une citation à comparaître en cours au concepteur du calendrier maya.  Cependant, cette option n’est pas viable, car sa Sainteté ne souhaite pas se défaire de ses trésors dorés.  Et c’est compréhensible.

Alors, il ne reste plus qu’une seule solution:  poursuivre tous les descendants directs ou indirects de la civilisation maya.  Quelqu’un doit payer.  Et ils vont payer.

Hallelujah.

Publicités

Horreur!

Posted in Actualités, films, noir with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 décembre 2009 by misterlove

Comme je le mentionnais dans un précédent billet, les journalistes et chroniqueurs sont probablement menacés d’être fusillé s’ils n’écrivent pas un « top » sur un sujet quelconque.  Hors, en consultant quelques uns de ces incroyablement pertinents palmarès sur cyberpresse.ca, j’ai frôlé la crise cardiaque – autrement dit j’ai presque fait un Brittanny Murphy – en lisant cette entrée des « Cinq meilleurs films d’horreur » (de la décennie), par Aleksi K. Lepage:

5. Twilight, 2008, de Catherine Hardwicke. Oui, c’est pour les filles et les «émosexuels» (les grands sensibles). Mais Twilight a le mérite de renouveler au cinéma un genre (les récits de vampires) devenu redondant et dépassé.

Fuck, pour vrai là?  Twilight, un film d’horreur?  Et par-dessus le marché un des cinqs meilleurs films d’horreur?  Si par cela notre cher monsieur Lepage veut dire:  « Osti, c’était tellement mauvais que j’ai eu peur de mourir par combustion instantanée », je suis d’accord.  Cependant, je doute fort que ce soit l’intention de cet érudit cinématographique.  Sérieusement, si vous considérez ce film comme faisant partie de la catégorie « horreur », vous: a) êtes idiot b) êtes mort ou c) avez 14 ans, êtes du sexe féminin et êtes donc facilement déstabilisé par un son fort et subit au cinéma.  Je trouve d’autant plus insultant, innacceptable et criminellement condamnable qu’un pareil étron soit nommé aux côtés d’excellentes productions comme Shaun of the Dead et The Mist.  C’est un peu comme si dans un gala d’animation télé on récompensait Claude Poirier et François Paradis:  ça ne serait pas très gentil pour monsieur Poirier.  Mais, la meilleure partie de cette citation est sans aucun doute l’utilisation du mot « renouveler ».  Effectivement, un film d’épouvante dans lequel le spectateur n’a pas peur, c’est plutôt innovateur.  De plus, pour ajouter à l’aspect inédit, au lieu d’être consummé violemment à la vue du Soleil, les vampires… scintillent.  Euh, oui, ok.  C’est… génial?  On n’a pas vu pareille révolution depuis l’invention du Segway.

Ah, pis assez de niaisage:  Twilight n’est pas un film d’horreur.  Point.  Allez donc louer Let the Right One In à la place.  Remerciez-moi plus tard.

Note:  Je tiens quand même à féliciter Aleksi pour avoir introduit le mot « émosexuel ».  Bien joué.