Archive pour John Carpenter

Jour 29: « In The Mouth of Madness »

Posted in Le 2e Horreur-o-thon d'Halloween with tags , on 1 novembre 2010 by Le Boucher du West Island

Un enquêteur (Sam Neill) doit retrouver Sutter Cane, un auteur d’horreur hyper-populaire disparu après l’écriture de son dernier roman, qui semble pousser les gens qui le lisent à la folie.

Ce film de 1995 du maître de l’horreur John Carpenter aurait pu être très mauvais ou excellent…Heureusement, il tombe au milieu, en étant très bon. Le concept est original et intriguant, se portant à plusieurs images déjantées. En effet, l’enquêteur arrive dans une ville qui semble être la même que celle décrite dans le livre de Sutter Cane et voit toute sortes de créatures étranges et d’événements à l’apparence maléfique qui vous resteront en mémoire. Finalement, Sam Neill offre une performance assurée et engageante, dans la peau de l’enquêteur sceptique et cocky. Par contre, l’actrice à ses côtés est vraiment mauvaise…

Bref, un film très original, qui fait très peur du même coup. Voyez-le donc!

8.5/10

—————–

J’veux ça sur un T-shirt!:

« God’s not supposed to be a hack horror writer!”

Ouach! C’est ben dégueu!: Pas vraiment de gore, mais des effets de créatures et de maquillages très réussis. (Un policier zombie, des enfants mutilés, une aubergiste venue de l’enfer, etc.)

Y’as-tu vu les tits?!: Euh, si oui, je m’en souviens pas. Qu’est-ce qui se passe avec moi!?

Publicités

Jour 7: « Christine »

Posted in Le 2e Horreur-o-thon d'Halloween with tags , on 7 octobre 2010 by Le Boucher du West Island

Arnie, un nerd persécuté, achète une vieille minoune avec la ferme intention de la retaper à neuf. Mais, le char au passé sombre baptisé Christine transforme Arnie pour le pire.  Il n’en tient qu’à son meilleur ami Dennis de le sauver.

Je voulais voir “Christine” (1983) de John Carpenter (basé sur le roman de Stephen King) depuis longtemps, car je voulais voir à quel point un film sur une automobile tueuse pouvait être réussi.  Comme je n’étais pas trop convaincu, j’ai été agréablement surpris.  En effet, le point fort est la caractérisation des deux personnages principaux incarnés par Keith Gordon (Arnie) et John Stockwell (Dennis). L’amitié entre le nerd et le footballeur aurait pu être peu crédible, mais les performances naturelles et attachantes des jeunes hommes font marcher le film. Par contre, Alexandra Paul (Leigh) donne quelques fausses notes.

Quant à Carpenter, il se commet au concept inusité et ça fonctionne, grâce à des séquences de poursuites intenses comme il sait les faire. De plus, le second degré du scénario (un nerd devient soudainement cool et abandonne ses amis en s’autodétruisant) est moins quétaine qu’on pourrait penser. Finalement, l’utilisation de chansons rock des années 50 (l’époque de Christine) donne un ton comique appréciable.

8/10

————

J’veux ça sur un T-shirt :

« She had the smell of a brand-new car. That’s just about the finest smell in the world, ‘cept maybe for pussy. »

Ouach! C’est ben dégueu!: Un bout de vitre dans le ventre, sinon la violence est hors-cadre. Mais une séquence où Christine se reconstruit toute seule est si réussie que vous vous demanderez comment c’est fait.

Y’as-tu vu les tits?!: Non, mais la fille qui fait Leigh est gorgeous.

Jour 31: « Halloween + Halloween II + Halloween H20 »

Posted in films, Le Horreur-o-thon du Boucher with tags , , , , , , , , , , on 1 novembre 2009 by Le Boucher du West Island

halloween

Pour la conclusion de ce fantastique Horreur-o-thon, j’ai visionné ma « trilogie » d’horreur préféré soit Halloween, Halloween II et Halloween H20: Twenty Years Later. Oui, je sais qu’il y a 4 films qui séparent les deux derniers, mais pour une expérience optimale de frissons, de satisfaction et de résolution, ceci est mon choix. J’ai bien aimé regarder tous ces films, j’ai fait de belles découvertes. Par contre, je vais définitivement splitter la job avec mes collègues Bipolaires l’année prochaine!  Joyeuse Halloween!

halloween-michael

15 ans après que Michael Myers âgé de 6 ans ait tué sa grande soeur le 31 octobre ’63, il s’évade de l’hôpital psychiatrique où il était et revient à Haddonfield où il traque une jeune fille nommée Laurie Strode (Jamie Lee Curtis).  Seul son docteur, Sam Loomis (Donald Pleasence), semble pouvoir l’arrêter.

Il est inutile de dire que ce film de John Carpenter est un classique. En effet, il a pavé la voie au slasher movies, mettant en vedette une brochette d’adolescents se faisant trucider par un maniaque masqué.  Par contre, ce qui différencie ces imitations de l’original Halloween est le suspense constant, l’atmosphère d’inévitabilité et le minimum de sang.  Ainsi, l’horreur vient du momentum qui s’installe tout au long du film, accompagné d’une musique inquiétante instantanément reconnue.  La cinématographie est superbe, les personnages attachants…mon film d’horreur préféré.

Note finale: 10/10

————-

Meilleure citation: « I met him, fifteen years ago. I was told there was nothing left. No reason, no conscience, no understanding; even the most rudimentary sense of life or death, good or evil, right or wrong. I met this six-year-old child, with this blank, pale, emotionless face and, the blackest eyes… the Devil’s eyes. » (Dr. Loomis décrit son ancien patient. Mr. Pleasence est hypnotisant.)

Meilleure mort: Bob (le gars avec les plus grosses lunettes du monde) empalé sur un mur de cuisine.

Y’as-tu des tits?!: Oui, dans la célèbre scène « See anything you like? ».

Saviez-vous que..: Le masque de Michael Myers est un masque de William Shatner (Capitaine Kirk!) modifié? C’étaitle plus cheap.

halloween-ii-scared-nurse

Commencant tout de suite après les événements du premier film, Laurie Strode est amenée d’urgence à l’hôpital. Mais elle ne sait pas que Michael Myers la poursuit toujours…

Écrit par John Carpenter, Halloween II bénéficie d’avoir largement la même équipe de tournage que le premier, permettant une presque parfaite cohésion.  En effet, j’ai « collé » les deux films ensemble à l’aide d’un peu de montage et cela donne un mega-film Halloween de 3h.  Par contre, malgré une atmosphère tout aussi sombre, Laurie passe la majorité du temps dans le coma et les autres personnages sont plutôt 2 dimensions.  Le gore est aussi augmenté pour compétitionner avec les autres slashers de l’époque.

Note finale: 8/10

———-

Meilleure citation:

Voisin: « Is this some kind of joke? I’ve been trick-or-treated to death tonight! »
Dr. Loomis : »You don’t know what death is! »

Meilleure mort: Une infirmière se fait noyer dans un bain d’eau bouillante. Ouch.

Y’as-tu des tits?!: L’infirmière qui se fait noyer dans un bain d’eau bouillante (et ils sont assez excellents permettez-moi de dire.)

Saviez-vous que…: Le seul film de la série à montrer le matin du 1er Novembre. Les autres se terminent pendant Halloween.

halloweenh20a

20 après la nuit fatidique du premier film, Laurie Strode vit maintenant sous le nom de Keri Tate, directrice d’une école privée de Californie.  Elle tente tant bien que mal de laisser son ancienne vie derrière elle, mais son frère psychopathe la retrouve pour une dernière confrontation…

Notez bien que dans ma tête (et celle de plusieurs fans), Halloween: Resurrection n’existe pas.  En effet, la fin de H20 où **SPOILERS**

Laurie prend enfin le dessus sur ses peurs, confronte Michael et le décapite

**FIN DES SPOILERS**

est une fin sublime est parfaitement satisfaisante.  Ca boucle la boucle comme on dit.  La transformation de jeune adolescente apeurée à mère divorcée,  alcoolique et névrosée à héroine courageuse est très intéressante à voir. Quant au film, bien qu’inspiré par le succès de Scream sorti l’année d’avant, H20 réussit tout de même à rendre hommage au film de Carpenter (moins de morts, lente montée dramatique, etc).  Une fin très forte à MA trilogie d’horreur favorite.

Note finale: 9/10

———

Meilleure citation:

« Oh. Miss Tate. I didn’t mean to make you jump. It’s Halloween. I guess everyone’s entitled to one good scare. »

« Oh, I’ve had my share. »

Meilleure mort: Michael s’acharne sur Sarah! Poursuivie dans un monte-charge, il lui tombe sur la jambe et il finit par la poignarder 3-4 fois!

Y’as-tu des tits?!: Nah…

Saviez-vous que: Janet Leigh, qui incarnait Marion Crane dans Psycho (et un rôle dans h20), est la mère de Jamie Lee Curtis? Ca reste dans la famille.

Jour 23: « John Carpenter’s The Thing »

Posted in films, Le Horreur-o-thon du Boucher with tags , , , , , on 24 octobre 2009 by Le Boucher du West Island

thething460

Comme j’adore le mois d’Octobre, l’Halloween et les films d’horreur, j’ai décidé de faire le premier Horreur-o-thon des Bipolaires! En effet, j’écouterai un film de peur par jour jusqu’au 31, alors revenez lire mes critiques quotidiennes…si vous en avez le courage! MOUAHAHAHAAA!

————

Si vous dites à quelqu’un « Hier, j’ai vu La Chose de John Carpenter », il y a de fortes chances que la police débarque chez Mr. Carpenter pour grossière indécence.  Par contre, lorsque vous leur confirmez qu’il ne s’agit que de son film culte The Thing, ils vous diront que c’est un film excellent.

En effet, ce film où une équipe de scientifiques basée en Antarctique se font un à un assimiler par une Chose venue de l’espace trouve son aspect « horreur » dans une atmosphère claustrophobe, autant par son décor que par son concept.  Ainsi, en plus d’être coupés de la civilisation dans cette contrée glaciale, l’équipe masculine menée par Kurt Russell ne peut faire confiance à aucun d’entre eux, puisque La Chose les remplace un à un.  Bref, chacun des personnages hautement attachants sont littéralement isolés au plus haut point, créant un climat paranoiaque tendu.

Ensuite, l’autre aspect qui a fait de The Thing un classique d’horreur (autant que la première version en 1950), sont les effets spéciaux de Rob Bottin (The Howling).  Les créatures à moitié assimilées par la Chose sont constituées de façon terrifiante par Bottin, laissant lieu à des images cauchemardesques telles que des Huskies dont le visage se pèle comme une banane et une tête se déplaçant comme une araignée.  Beurk.

Note finale: 9/10

——–

Meilleure citation: « I know you gentlemen have been through a lot, but when you find the time, I’d rather not spend the rest of the winter TIED TO THIS FUCKING COUCH! » (Garry commence à s’impatienter.)

Meilleure mort: Un mot: défibrillateur.

Y’as-tu des tits?!: Tous les personnages sont masculins alors non.

Saviez-vous que…?: En fait, c’est un « avez-vous remarqué que…? » Un personnage s’appelle Mac et un autre Windows?


Jour 9: « John Carpenter’s Vampires »

Posted in films, Le Horreur-o-thon du Boucher with tags , , , , , , , , , on 9 octobre 2009 by Le Boucher du West Island

james_woods_john_carpenter's_vampires_001

Comme j’adore le mois d’Octobre, l’Halloween et les films d’horreur, j’ai décidé de faire le premier Horreur-o-thon des Bipolaires! En effet, j’écouterai un film de peur par jour jusqu’au 31, alors revenez lire mes critiques quotidiennes…si vous en avez le courage! MOUAHAHAHAAA!

—-

Après la débâcle Alien: Resurrection (l’erreur de mon club vidéo, pas le film…quoique…), j’ai écouté le film Vampires de John Carpenter, maître de l’horreur à qui on doit Halloween, The Fog et Christine. Dans le film, James Woods incarne un tueur de vampires engagé par l’Église Catholique qui tombe face à face avec le premier maître vampire de l’histoire.  Se joint à lui un des frères Baldwin (Billy? Stephen? Jermaine? Tito?).

Bien que les films récents de Carpenter soient moches/mauvais/médiocres, Vampires (1998) est plutôt réussi.  Bien que le facteur « horreur » soit assez dilué, l’action au centre du film est bien réalisée (ce qui est rare pour Carpenter) et j’en ai eu pour mon argent.  Des décapitations, des immolations, de l’hémoglobine à profusion, name it.  Les effets spéciaux de maquillages de la compagnie KNB font le film à eux seuls: il est difficile de remarquer la transition entre les acteurs et les mannequins qui se font égorger juteusement.

Finalement, James Woods donne une performance extrêmement bad-ass, nous convaincant qu’il est un viril tueur de suceurs de sang, malgré ses 5 pied/120 lbs.  Bravo! Finalement, tout le film m’a rappelé From Dusk Til Dawn de Rodriguez, de par le décor mexicain, le gore exagéré et le thème central de religion, ce qui est bon puisque ce film est excellent.  Bref, Vampires est un bon film violent où les vampires ne scintillent pas au soleil, mais explosent en flammes.

Note finale: 7.5/10

——

Meilleure citation:

Jack Crow: Let me ask you a question. When you were stabbing that vampire in there?
Father Adam Guiteau: Yeah?
Jack Crow:
Didyou get a little wood?

Meilleure mort: Un prêtre se fait décapiter à mains nues. Ca te scrappe une manucure ça.

Y’as-tu des tits?!: Presque.  Une future vampire les montre à 85%.  C’est en masse pour moi.

Saviez-vous que…?: Le réalisateur Frank Darabont a un cameo en tant qu’homme qui se fait voler sa voiture.