Archive pour piratage

Confessions of a Video Clerk #5

Posted in confessions of a video clerk, noir, rose, travail with tags , , , , on 8 mars 2009 by misterlove

bhc

Vous savez, il y a des avantages à ouvrir le club vidéo les samedis matins à 9h00.  En effet, en plus de siroter un café beaucoup trop sucré du Tim Hortons en paix, je peux écouter le nouveau CD de Malajube dans le tapis et me déhancher langoureusement en visionnant Dirty Dancing sans crainte de représaille.  Oui, je fais toutes ces choses lorsque vous êtes encore au lit.  « Quoi de mieux pour commencer une journée? », me direz-vous.

Malheureusement, Dieu a décidé, ce matin-là, d’envoyer à ma rencontre un grotesque colon.  Alors, monsieur entre et l’odeur qu’il dégage me donne l’impression qu’il a bouffé des cigarettes et du goudron au petit déjeuner.  Côté première impression, on a déjà fait beaucoup mieux.  Il me remet donc les DVD qu’il a loués la veille et, comme un commis qui se respecte, j’ouvre les dites boîtes pour m’assurer que les disques y s’ont.

SCANDALE.

Par-dessus les DVD originaux se trouvent des copies pirates criminellement produites par Monsieur Charme 2009.  Mais, puisque je n’ai jamais terminé ma formation de policier, je m’abstiens de passer un commentaire sur l’illégalité du geste.  De toute manière, pirater Beverly Hills Chihuahua n’est pas un crime en soi, c’est plutôt ridiculement pathétique.  Donc, je fais remarquer au gentleman huileux qu’il a oublié les DVD factices dans les boîtes et celui-ci, avec toute la grâce du monde, me répond:

Ah tabarnak!  C’est ma fille encore ça, a les a oubliés dans boîte!  Elle là… Elle là… J’te dis des fois est assez connasse!  A tellement pas d’allure.

Wow… le représentant des Crotés Anonymes traite sa propre fille de connasse et c’est elle qui n’a pas d’allure?  I don’t think so.  Dans ma tête, un mélange de fou-rire et d’indignation et à l’extérieur, un demi-sourire de robot pour que monsieur comprenne mon désintérêt total pour son existence.  Malheureusement, puisque le père de l’année loue d’autres films et stimule l’économie canadienne, j’évite de lui cracher au visage.  Il passe à la caisse puis se dirige vers la sortie.  Je gaspille ma salive:

Bonne journée monsieur…

La porte se referme.  Je termine ma phrase:

Fucker!

Publicités