Archive pour pornographie

Pas d’amour pour les coeurs

Posted in fête, geek, noir, sexe with tags , , , , , , on 14 février 2010 by misterlove

Hier, c’était la fête de mon papinouchet.  Pour lui faire plaisir, je lui ai acheté un nouveau lecteur DVD dernier cri qui, je croyais, pouvait lire tous les formats imaginables.

ERREUR.

Cette machine froide et sans émotion, fabriquée par la compagnie japonaise Pioneer, ne permet pas la lecture des disques aux formes « spéciales », incluant ceux qui sont découpés en coeur.  Cette technologie, inventée par nul autre que Ron Jeremy, sert surtout à foutre sur disque des productions trois x.  Alors, si le manufacturier nippon ne souhaite pas fermer ses portes dans les prochains jours, il devra s’adapter à ce format rempli d’amour et dont la popularité ne cesse de grandir parmis les amateurs de pornographie et autres plaisirs du corps.  Sinon, comment est-ce que les gens vont faire pour regarder le classique Sexuellement vôtre – Prouesses charnelles exécutées par Mister Love?

Je vous le demande.

(DVD en vente à la boutique érotique des Bipolaires)

Who Watches the Blue Dick? (AJOUT)

Posted in films, geek, noir with tags , , , , , , on 14 mars 2009 by misterlove

ahhhh

Aucun film, je dis bien aucun film, n’est aussi pervers que l’adaptation cinématographique du graphic novel Watchmen.  Oui, je dois avouer que les personnages sont fort intéressants, la réalisation énergique et les effets visuels réussis, mais les mots me manquent pour décrire le dégoût que j’ai éprouvé en subissant l’exploitation de la sexualité masculine dans ce long métrage.

Effectivement, le réalisateur déviant Zack Snyder (300), plutôt que de censurer le matériel littéraire comme le veut le bon sens, nous impose l’énorme pénis bleu du Doctor Manhattan à plus d’une reprise!  Lorsque celui-ci ne porte pas son g-string cosmique, le super héros aux pouvoirs divins balotte son membre fluorescent à la vue de tous. Franchement, jamais une bitte virtuelle n’est apparue à l’écran avec un traitement aussi indécent. De plus, l’indestructible chauve bleuté investit l’espace filmique avec son fessier musclé plus d’une fois.  Quel message cela envoie-t-il aux milliers de jeunes garçons qui verront ce véritable attentat à la pudeur?  Eux aussi auront peut-être l’idée d’errer dans les rues de la métropole en exhibant fièrement leur verge dénudée.  Voilà des années que l’on s’inquiète de l’hypersexualisation des filles.  Et les gars dans tout ça?  Je suis d’avis que l’on doit, plus que jamais, protéger ceux-ci d’une mise en images aussi crue et malsaine de la sexualité.  Après tout, on ne voudrait pas transformer notre jeunesse en guérilla de gigolos bleuâtres.

En conclusion, le seul élément rédempteur de cette pornographie sur pellicule est le traitement adéquat de la violence à l’écran.  De fait, un peu comme pour diminuer l’effet traumatisant du festival des phallus, Snyder dilue la nudité masculine avec des fractures ouvertes de bras, des coups de machète dans le crâne et des désintégrations sanglantes de Vietcongs.  Bel essai, mais le dommage est fait.

Donc, j’en appelle à vous pour boycotter ce film.  Rien de moins.  Nous, les hommes, devons faire respecter notre pénis au cinéma.  Amen.

(AJOUT)

Apparemment, je ne suis pas le seul qui se préoccupe de la question phallique dans le film…

stats

%d blogueurs aiment cette page :