Archive pour Scream

Jour 31: « Halloween + Halloween II + Halloween H20 »

Posted in films, Le Horreur-o-thon du Boucher with tags , , , , , , , , , , on 1 novembre 2009 by Le Boucher du West Island

halloween

Pour la conclusion de ce fantastique Horreur-o-thon, j’ai visionné ma « trilogie » d’horreur préféré soit Halloween, Halloween II et Halloween H20: Twenty Years Later. Oui, je sais qu’il y a 4 films qui séparent les deux derniers, mais pour une expérience optimale de frissons, de satisfaction et de résolution, ceci est mon choix. J’ai bien aimé regarder tous ces films, j’ai fait de belles découvertes. Par contre, je vais définitivement splitter la job avec mes collègues Bipolaires l’année prochaine!  Joyeuse Halloween!

halloween-michael

15 ans après que Michael Myers âgé de 6 ans ait tué sa grande soeur le 31 octobre ’63, il s’évade de l’hôpital psychiatrique où il était et revient à Haddonfield où il traque une jeune fille nommée Laurie Strode (Jamie Lee Curtis).  Seul son docteur, Sam Loomis (Donald Pleasence), semble pouvoir l’arrêter.

Il est inutile de dire que ce film de John Carpenter est un classique. En effet, il a pavé la voie au slasher movies, mettant en vedette une brochette d’adolescents se faisant trucider par un maniaque masqué.  Par contre, ce qui différencie ces imitations de l’original Halloween est le suspense constant, l’atmosphère d’inévitabilité et le minimum de sang.  Ainsi, l’horreur vient du momentum qui s’installe tout au long du film, accompagné d’une musique inquiétante instantanément reconnue.  La cinématographie est superbe, les personnages attachants…mon film d’horreur préféré.

Note finale: 10/10

————-

Meilleure citation: « I met him, fifteen years ago. I was told there was nothing left. No reason, no conscience, no understanding; even the most rudimentary sense of life or death, good or evil, right or wrong. I met this six-year-old child, with this blank, pale, emotionless face and, the blackest eyes… the Devil’s eyes. » (Dr. Loomis décrit son ancien patient. Mr. Pleasence est hypnotisant.)

Meilleure mort: Bob (le gars avec les plus grosses lunettes du monde) empalé sur un mur de cuisine.

Y’as-tu des tits?!: Oui, dans la célèbre scène « See anything you like? ».

Saviez-vous que..: Le masque de Michael Myers est un masque de William Shatner (Capitaine Kirk!) modifié? C’étaitle plus cheap.

halloween-ii-scared-nurse

Commencant tout de suite après les événements du premier film, Laurie Strode est amenée d’urgence à l’hôpital. Mais elle ne sait pas que Michael Myers la poursuit toujours…

Écrit par John Carpenter, Halloween II bénéficie d’avoir largement la même équipe de tournage que le premier, permettant une presque parfaite cohésion.  En effet, j’ai « collé » les deux films ensemble à l’aide d’un peu de montage et cela donne un mega-film Halloween de 3h.  Par contre, malgré une atmosphère tout aussi sombre, Laurie passe la majorité du temps dans le coma et les autres personnages sont plutôt 2 dimensions.  Le gore est aussi augmenté pour compétitionner avec les autres slashers de l’époque.

Note finale: 8/10

———-

Meilleure citation:

Voisin: « Is this some kind of joke? I’ve been trick-or-treated to death tonight! »
Dr. Loomis : »You don’t know what death is! »

Meilleure mort: Une infirmière se fait noyer dans un bain d’eau bouillante. Ouch.

Y’as-tu des tits?!: L’infirmière qui se fait noyer dans un bain d’eau bouillante (et ils sont assez excellents permettez-moi de dire.)

Saviez-vous que…: Le seul film de la série à montrer le matin du 1er Novembre. Les autres se terminent pendant Halloween.

halloweenh20a

20 après la nuit fatidique du premier film, Laurie Strode vit maintenant sous le nom de Keri Tate, directrice d’une école privée de Californie.  Elle tente tant bien que mal de laisser son ancienne vie derrière elle, mais son frère psychopathe la retrouve pour une dernière confrontation…

Notez bien que dans ma tête (et celle de plusieurs fans), Halloween: Resurrection n’existe pas.  En effet, la fin de H20 où **SPOILERS**

Laurie prend enfin le dessus sur ses peurs, confronte Michael et le décapite

**FIN DES SPOILERS**

est une fin sublime est parfaitement satisfaisante.  Ca boucle la boucle comme on dit.  La transformation de jeune adolescente apeurée à mère divorcée,  alcoolique et névrosée à héroine courageuse est très intéressante à voir. Quant au film, bien qu’inspiré par le succès de Scream sorti l’année d’avant, H20 réussit tout de même à rendre hommage au film de Carpenter (moins de morts, lente montée dramatique, etc).  Une fin très forte à MA trilogie d’horreur favorite.

Note finale: 9/10

———

Meilleure citation:

« Oh. Miss Tate. I didn’t mean to make you jump. It’s Halloween. I guess everyone’s entitled to one good scare. »

« Oh, I’ve had my share. »

Meilleure mort: Michael s’acharne sur Sarah! Poursuivie dans un monte-charge, il lui tombe sur la jambe et il finit par la poignarder 3-4 fois!

Y’as-tu des tits?!: Nah…

Saviez-vous que: Janet Leigh, qui incarnait Marion Crane dans Psycho (et un rôle dans h20), est la mère de Jamie Lee Curtis? Ca reste dans la famille.

Publicités

Jour 7: « Scream »

Posted in Le Horreur-o-thon du Boucher with tags , , , , on 8 octobre 2009 by Le Boucher du West Island

scream_casey_becker_drew_barrymore

Comme j’adore le mois d’Octobre, l’Halloween et les films d’horreur, j’ai décidé de faire le premier Horreur-o-thon des Bipolaires! En effet, j’écouterai un film de peur par jour jusqu’au 31, alors revenez lire mes critiques quotidiennes…si vous en avez le courage! MOUAHAHAHAAA!

—-

Oui, je suis dans ma phase « films de Wes Craven qui se moquent du genre ».  Dans ce classique moderne de 1996 ayant ressucité le « slasher movie », Sidney Prescott (Neve Campbell) se fait traquer par un psychopathe masqué un an après le meurtre de sa mère.  Est-ce qu’il pourrait s’agir du même meurtrier?  La réponse se révèle à travers une foule de clins d’oeils aux films d’horreur populaires.

Il est facile de discréditer Scream et de le voir comme un film d’horreur dilué par l’humour et les relations entres les adolescents.  Par contre, après ce visionnement, j’ai réalisé qu’il s’agit d’un film extrêmement violent et déstabilisant de par ses thèmes abordés.  En effet, la mère de Sid s’est fait assassiner un an auparavant et la jeune fille tente malgré tout de se remettre de cet événement tragique, seulement pour devenir la victime du même tueur.  De plus, lorsque son identité est enfin révélée, les sentiments du spectateur sont encore plus sollicités.  C’est assez downer, non?  De plus, les scènes de meurtres sont dures à regarder autant à cause de l’attachement aux personnages et de la réussite avec lesquelles elles ont été réalisées.

Par contre, l’humour est aussi présent en grande quantité, ce qui a permis au film de remettre le genre sur ses pieds.  Entre autres, les personnages établissent une liste de règles pour survivre aux films d’horreur (sans pour autant les sauver dans la vraie vie).  Finalement, les personnages un peu caricaturés sont les parfaits protagonistes pour une parodie de films d’horreur à la fois brutale, drôle et originale.

Note finale: 8/10

—–

Meilleure mort: L’intro avec Drew Barrymore est devenue incontournable et, en rétrospective, très affectante. Ses parents l’entendent mourir au téléphone, pour l’amour!

Meilleure citation: Où commencer? J’aime bien cell-ci: « Sid, don’t you blame the movies, movies don’t create psychos, movies make psychos more creative! » Encore une fois un clin d’oeil aux opinions du public face aux conséquences du cinéma.

Y’as-tu des tits?!: Non, mais Rose McGowan nous fait savoir qu’il faisait froid sur le plateau.

mcgowan

Saviez-vous que…: Wes Craven racontait des histoires de cruauté animale à Drew Barrymore pour la garder apeurée.  Ca marchait bien on dirait.

Jour 6: « Wes Craven’s New Nightmare »

Posted in films, Le Horreur-o-thon du Boucher, noir with tags , , , , on 7 octobre 2009 by Le Boucher du West Island

nightmare-neighbors-freddy-krueger

Comme j’adore le mois d’Octobre, l’Halloween et les films d’horreur, j’ai décidé de faire le premier Horreur-o-thon des Bipolaires! En effet, j’écouterai un film de peur par jour jusqu’au 31, alors revenez lire mes critiques quotidiennes…si vous en avez le courage! MOUAHAHAHAAA!

—-

J’ai eu une journée extrêmement longue et fatiguante alors j’ai encore une fois dû piger dans ma séléction, en plus de m’endormir sur le film vers minuit.  Donc, c’est aujourd’hui que je fais ma critique d’une des suites les plus underrated du cinéma d’horreur et j’ai nommé Wes Craven’s New Nightmare.  Dix ans et cinq suites après A Nightmare on Elm Street, Wes Craven revient à la franchise pour enfin donner à sa création Freddy Krueger une fin satisfaisante après la joke qu’était Freddy’s Dead.  Dans un concept genre « Scream-puissance-10″, Freddy Krueger se matérialise dans le monde réel après que la série ANOES soit épuisée et s’attaque à l’interprète de Nancy, Heather Langenkamp.

Comment revitaliser une série mourrante comme les ANOES?  Changer complètement les règles et retourner les expectations du public sens dessus dessous.  C’est exactement ce que Craven fait en présentant Freddy comme l’incarnation du Mal emprisonnée dans les films et libérée une fois que ceux-ci se terminent.  Ainsi, à travers cette mise en abîme, il réitère que les films précédents n’étaient que des fictions anodines et que le cauchemar est bien réel.  De plus, il fait un gigantesque pied de nez à tous ceux qui maintiennent que les films d’horreur rendent les gens détraqués et écorche au passage le star système d’Hollywood.

Bref, la 4e dimension est révélée devant nos yeux dans ce dernier chapitre ambitieux et réussi et une icône de l’horreur inoffensive redevient le maître des cauchemars qu’il était censé être.

Note finale: 8.5/10

—–

Meilleure mort: Contrairement aux autres chapitres, les morts sont beaucoup plus touchantes et détabilisantes, comme celle de Julie, la gardienne du fils à Heather.

Meilleure citation: « Miss me? » (Oui, Mr. Krueger.)

Y’as-tu des tits?!: Non, mais il n’y avait pas vraiment d’occasion d’en avoir non plus.

Saviez-vous que…: Les scènes montrant les conséquences du tremblement de terre sont authentiques car la Californie avait été frappée par un lors du tournage.

Jour 3: « An American Werewolf In London »

Posted in fête, films, Le Horreur-o-thon du Boucher, mort, noir, télé with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 3 octobre 2009 by Le Boucher du West Island

american_werewolf_in_london_remake

Comme j’adore le mois d’Octobre, l’Halloween et les films d’horreur, j’ai décidé de faire le premier Horreur-o-thon des Bipolaires! En effet, j’écouterai un film de peur par jour jusqu’au 31, alors revenez lire mes critiques quotidiennes…si vous en avez le courage! MOUAHAHAHAAA!

—-

Après les vampires, les loups-garous, maintenant!  Dans ce film culte de John Landis, connu autant pour ses comédies (The Blues Brothers et Animal House) que ses films d’horreur (Twilight Zone: The Movie et le clip de Thriller), deux jeunes américains partent en escapade en Europe.  Malheureusement, il n’ont pas le temps de s’écrier « bloody hell! » quand ils se font sauvagement attaquer par un animal étrange…

John Landis a travaillé dans l’horreur et dans le comique et ça parait!  En effet, AAWIL oscille entre les rires et les cris d’effroi à plusieurs reprises, misant entre autres sur l’aspect « poisson hors de l’eau » d’un Américain en Angleterre.  Par exemple, aussitôt les deux amis entrés dans un pub rustique bourré d’Anglais, l’atmosphère se refroidit plus vite qu’une cheerleader dans un slasher movie.

En effet, l’humour noir plane tout au long du film, jusque dans les choix de trames sonores, chacune ayant le mot « lune » dans le titre (Blue Moon, Bad Moon Rising, etc.).  La juxtaposition de ces chansons jazzy sur des scènes de métamorphose grotesque vécues par l’attachant personnage principal David (David Naughton) ne fait que rajouter à l’aspect comique du film.  De plus, avec plusieurs clins d’oeil au cinéma, il s’agit d’un véritable précurseur à Scream ou Shaun of the Dead.  Rajoutez des performances réalistes, une bonne dose de gore et une finale ambitieuse (chaos dans Picadilly Circus) et il s’agit d’un excellent film noir teinté de rouge où on rit jaune.

Note finale: 9/10

—–

Meilleure citation: « Queen Elizabeth is a man! Prince Charles is a faggot! Winston Churchill was full of shit! Shakespeare’s French! » (David tente de se faire arrêter à Trafalgar Square…sans succès.)

Meilleure mort: La première du film est plutôt déstabilisante…sans compter que le mort revient hanter David plus d’une fois (avec plusieurs de degrés de décomposition).

Y’as-tu des tits?!: Mets-en. La blonde de David pendant qu’ils font l’amour, ainsi qu’une pornstar dans un film XXX de cinéma porno.  Et les femmes peuvent se régaler du paquet au perso principal durant ses transformations.

Saviez-vous que…: Il s’agit du premier film à gagner un Oscar pour Meilleurs maquillages puisque la catégorie fut créée en 1981.