Archive pour Shaun of the Dead

Horreur!

Posted in Actualités, films, noir with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 décembre 2009 by misterlove

Comme je le mentionnais dans un précédent billet, les journalistes et chroniqueurs sont probablement menacés d’être fusillé s’ils n’écrivent pas un « top » sur un sujet quelconque.  Hors, en consultant quelques uns de ces incroyablement pertinents palmarès sur cyberpresse.ca, j’ai frôlé la crise cardiaque – autrement dit j’ai presque fait un Brittanny Murphy – en lisant cette entrée des « Cinq meilleurs films d’horreur » (de la décennie), par Aleksi K. Lepage:

5. Twilight, 2008, de Catherine Hardwicke. Oui, c’est pour les filles et les «émosexuels» (les grands sensibles). Mais Twilight a le mérite de renouveler au cinéma un genre (les récits de vampires) devenu redondant et dépassé.

Fuck, pour vrai là?  Twilight, un film d’horreur?  Et par-dessus le marché un des cinqs meilleurs films d’horreur?  Si par cela notre cher monsieur Lepage veut dire:  « Osti, c’était tellement mauvais que j’ai eu peur de mourir par combustion instantanée », je suis d’accord.  Cependant, je doute fort que ce soit l’intention de cet érudit cinématographique.  Sérieusement, si vous considérez ce film comme faisant partie de la catégorie « horreur », vous: a) êtes idiot b) êtes mort ou c) avez 14 ans, êtes du sexe féminin et êtes donc facilement déstabilisé par un son fort et subit au cinéma.  Je trouve d’autant plus insultant, innacceptable et criminellement condamnable qu’un pareil étron soit nommé aux côtés d’excellentes productions comme Shaun of the Dead et The Mist.  C’est un peu comme si dans un gala d’animation télé on récompensait Claude Poirier et François Paradis:  ça ne serait pas très gentil pour monsieur Poirier.  Mais, la meilleure partie de cette citation est sans aucun doute l’utilisation du mot « renouveler ».  Effectivement, un film d’épouvante dans lequel le spectateur n’a pas peur, c’est plutôt innovateur.  De plus, pour ajouter à l’aspect inédit, au lieu d’être consummé violemment à la vue du Soleil, les vampires… scintillent.  Euh, oui, ok.  C’est… génial?  On n’a pas vu pareille révolution depuis l’invention du Segway.

Ah, pis assez de niaisage:  Twilight n’est pas un film d’horreur.  Point.  Allez donc louer Let the Right One In à la place.  Remerciez-moi plus tard.

Note:  Je tiens quand même à féliciter Aleksi pour avoir introduit le mot « émosexuel ».  Bien joué.

Publicités

Jour 3: « An American Werewolf In London »

Posted in fête, films, Le Horreur-o-thon du Boucher, mort, noir, télé with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 3 octobre 2009 by Le Boucher du West Island

american_werewolf_in_london_remake

Comme j’adore le mois d’Octobre, l’Halloween et les films d’horreur, j’ai décidé de faire le premier Horreur-o-thon des Bipolaires! En effet, j’écouterai un film de peur par jour jusqu’au 31, alors revenez lire mes critiques quotidiennes…si vous en avez le courage! MOUAHAHAHAAA!

—-

Après les vampires, les loups-garous, maintenant!  Dans ce film culte de John Landis, connu autant pour ses comédies (The Blues Brothers et Animal House) que ses films d’horreur (Twilight Zone: The Movie et le clip de Thriller), deux jeunes américains partent en escapade en Europe.  Malheureusement, il n’ont pas le temps de s’écrier « bloody hell! » quand ils se font sauvagement attaquer par un animal étrange…

John Landis a travaillé dans l’horreur et dans le comique et ça parait!  En effet, AAWIL oscille entre les rires et les cris d’effroi à plusieurs reprises, misant entre autres sur l’aspect « poisson hors de l’eau » d’un Américain en Angleterre.  Par exemple, aussitôt les deux amis entrés dans un pub rustique bourré d’Anglais, l’atmosphère se refroidit plus vite qu’une cheerleader dans un slasher movie.

En effet, l’humour noir plane tout au long du film, jusque dans les choix de trames sonores, chacune ayant le mot « lune » dans le titre (Blue Moon, Bad Moon Rising, etc.).  La juxtaposition de ces chansons jazzy sur des scènes de métamorphose grotesque vécues par l’attachant personnage principal David (David Naughton) ne fait que rajouter à l’aspect comique du film.  De plus, avec plusieurs clins d’oeil au cinéma, il s’agit d’un véritable précurseur à Scream ou Shaun of the Dead.  Rajoutez des performances réalistes, une bonne dose de gore et une finale ambitieuse (chaos dans Picadilly Circus) et il s’agit d’un excellent film noir teinté de rouge où on rit jaune.

Note finale: 9/10

—–

Meilleure citation: « Queen Elizabeth is a man! Prince Charles is a faggot! Winston Churchill was full of shit! Shakespeare’s French! » (David tente de se faire arrêter à Trafalgar Square…sans succès.)

Meilleure mort: La première du film est plutôt déstabilisante…sans compter que le mort revient hanter David plus d’une fois (avec plusieurs de degrés de décomposition).

Y’as-tu des tits?!: Mets-en. La blonde de David pendant qu’ils font l’amour, ainsi qu’une pornstar dans un film XXX de cinéma porno.  Et les femmes peuvent se régaler du paquet au perso principal durant ses transformations.

Saviez-vous que…: Il s’agit du premier film à gagner un Oscar pour Meilleurs maquillages puisque la catégorie fut créée en 1981.