Archive pour Tobe Hooper

Jour 25: « Poltergeist »

Posted in Le 2e Horreur-o-thon d'Halloween with tags , on 28 octobre 2010 by Le Boucher du West Island

Une famille américaine moyenne voit sa maison exhiber plusieurs phénomènes paranormaux de plus en plus terrifiants, jusqu’à ce que la petite Carol-Anne disparaissent mystérieusement après avoir contacté ces esprits.

Malgré le fait que la réalisation soit attribuée à Tobe Hooper, l’empreinte du producteur Steven Spielberg se fait sentir pleinement sur « Poltergeist » (1982).  En effet, la situation de la famille Freeling oscille entre le fantastique, l’horreur et le drame, permettant à tout le monde d’y trouver son compte. Donc, des images effrayantes comme un jouet de clown venant à la vie ou un arbre qui mange un petit garçon plairont aux amateurs d’horreur, mais la relation touchante entre la mère et Carol-Anne qui tentent de se retrouver à travers l’au-delà apportent une émotion particulière à l’histoire. Seule ombre au tableau, le milieu du film est un peu lent et la fille aînée de la famille Freeling est mal développée. Par contre, « Poltergeist » vous enchantera avec son mélange des genres, ses personnages bien joués et ses visions mémorables.

8/10

——————

J’veux ça sur un T-shirt!:

« It lies to her. It tells her things only a child can understand. It’s been using her to restrain the others. To her, it simply is another child. To us, it is The Beast”

Ouach! C’est ben dégueu!: La scène qui ressort est celle où un « Ghostbuster » se gratte le visage jusqu’à ce qu’il lui reste dans les mains. Sinon, des squelettes et un genre de placenta fantomatique.

Y’as-tu vu les tits?!: Nah.

Publicités

Jour 2: « Salem’s Lot »

Posted in fête, films, Le Horreur-o-thon du Boucher, mort with tags , , , , , , , , on 3 octobre 2009 by Le Boucher du West Island

salems-lot-floating-outside

Comme j’adore le mois d’Octobre, l’Halloween et les films d’horreur, j’ai décidé de faire le premier Horreur-o-thon des Bipolaires! En effet, j’écouterai un film de peur par jour jusqu’au 31, alors revenez lire mes critiques quotidiennes…si vous en avez le courage! MOUAHAHAHAAA!

—-

Pour le 2e jour de ce marathon d’Halloween, j’ai loué le film fait pour la télé Salem’s Lot de Tobe Hooper, adapté d’un roman populaire de Stephen King.  Résumé TV Hebdo: un écrivain (David Soul) retourne dans son petit village natal, en même temps que deux antiquaires (dont le mystérieux Mr. Barlow), le tout coincidant avec une vague de morts mystérieuses.

Plusieurs sites conseillaient fortement ce film, mais malheureusement, mes attentes étaient sûrement trop élevées et j’ai été plutôt déçu.  Tout d’abord, comme la plupart des films faits pour le petit écran, Salem’s Lot ne parvient jamais à atteindre son plein potentiel, l’histoire progressant à pas de tortues, question de garder son auditoire.  En effet, comme le film était originalement présenté en deux parties d’une heure trente, l’action est constamment interrompue et les personnages principaux ne réussissent jamais à gagner assez de sympathie auprès du public.

Par contre, un bon nombre de scènes sont parvenues à faire sursauter votre blogueur préféré, chose de plus en plus difficile à faire.  En effet, plusieurs images angoissantes parsèment le film, comme celle présentée ci-dessus où un jeune garçon fraîchement vampirisé demande  à son ami de le laisser entrer.  De plus, lorsque « Mr. Barlow » est finalement dévoilé, l’attente en valait définitivement la peine.  Bref, malgré des longueurs ennuyantes, il est étonnant de voir à quel point le réalisateur a pu créer un univers terrifiant dans les contraintes de la censure de la télé nationale.

Note finale: 7/10

—–

Meilleure citation: « You’ll enjoy Mr. Barlow. And he’ll enjoy you. » (Straker l’antiquaire parle de son collègue.  Euh…great?)

Meilleure mort: Je ne dirai que ceci: panaches de cervidés. Vous verrez.

Y’as-tu des tits?!: Euh, non. C’était fait pour la télé en 1979.  T’avais plus de chances de voir des boules à The Price Is Right.

Saviez-vous que…: Salem’s Lot est en fait le diminutif de Jerusalem’s Lot?